L'actualité ivoirienne sans coloration politique

5 choses à savoir sur l’hôpital mère-enfant de Bingerville

0

« Hôpital de référence », « moderne », « œuvre architecturale hospitalière », « véritable joyau ». L’hôpital mère-enfant de Bingerville va offrir des soins de qualité à des coûts « accessibles » à tous.

Cinq ans après la pose de la première pierre le 29 juin 2013, l’hôpital mère-enfant de Bingerville a été inauguré le vendredi 16 mars 2018. Il a été réalisé par la Fondation Children of Africa présidée par la Première Dame de Côte d’Ivoire Dominique Ouattara. Selon le site internet de la fondation, l’hôpital est « un établissement privé à but non lucratif avec mission de service publique ».

1 – Les cibles prioritaires

L’hôpital mère-enfant de Bingerville vise à contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelles, néonatales, infantiles et juvéniles. Pour Dominique Ouattara, l’établissement a pour objectif de « soigner au mieux les femmes et les enfants de Côte d’Ivoire ». Aux populations de Bingerville et aux usagers, elle a déclaré :

« L’hôpital mère-enfant de Bingerville est le leur. Il a été conçu et réalisé pour offrir des soins de qualité à des coûts raisonnables et accessibles à tous. Les mamans et enfants y seront bien soignés et bénéficieront d’une attention particulière quel que soit leur statut social ».

Les enfants sont les cibles prioritaires de la fondation. « En ce qui concerne la pédiatrie, il s’agira des enfants de 0 à 15 ans révolus. Les cas de plus 15 ans seront analysés au cas par cas. En gynécologie-obstétrique, il s’agira de femmes en âge de procréer et/ou porteuses de grossesses âgées au maximum de 50 ans ».

2 – Un plateau technique « unique » en Côte d’Ivoire

L’hôpital mère-enfant de Bingerville est construit sur une parcelle de 49 000 m2 (4,9 hectares) avec une surface bâtie de 16 000 m2. Selon le site internet de la fondation, il a coûté au total 21,5 milliards de francs CFA : 16 milliards pour la construction et 5,5 milliards pour les équipements.

L’établissement sanitaire pratique des consultations externes, dispense des soins en gynécologie et chirurgie, en pédiatrie et dispose d’un laboratoire d’analyse médicale, d’un laboratoire d’assistance médicale à la procréation, d’une pharmacie, etc. A l’inauguration, la ministre de santé et de l’hygiène publique Raymonde Goudou-Coffie a exhorté le personnel « à prendre soin de ce joyau dont le plateau technique est unique en Côte d’Ivoire » et à demeurer à l’écoute des malades :

« quand un patient sera à l’hôpital, il s’attend à avoir une oreille attentive à sa douleur : tout ceci contribuera à au moins 20% dans le processus psychologique qui le conduira à la guérison ».

Au niveau du plateau technique, l’hôpital est équipé de 123 lits. Le bloc chirurgical comprend 7 salles d’opérations : une salle dans le bloc d’accouchement pour les césariennes pour parer aux urgences, 3 salles opératoires polyvalentes, une salle des interventions septiques à proximité des urgences, une salle de réanimation post-intervention dotée de 13 lits, 2 salles chirurgicales en ambulatoire.

Le bloc obstétrical est constitué de 4 salles d’accouchement « suffisamment équipées », d’une salle d’accouchement isolée pour des cas spécifiques, d’une salle opératoire entièrement équipée pour une césarienne en cas d’urgence et d’une salle de pré-travail avec 3 lits. Quant au bloc néonatal, il est doté d’« un nombre suffisant de couveuses pour couvrir la demande », d’équipements de réanimation pour nouveau-né et d’une nurserie équipée.

3 – Un joyau architectural

Pour sa part, le président ivoirien Alassane Ouattara n’a pas tarit d’éloges à l’endroit de l’hôpital mère-enfant de Bingerville, un « véritable joyau ». Selon le chef de l’Etat, c’est « une belle œuvre architecturale hospitalière qui vient enrichir le paysage sanitaire de notre »« Vous disposez maintenant d’une structure hospitalière moderne au cœur de Bingerville qui vous permettra d’avoir accès à des soins de qualité », a-t-il indiqué aux populations.

Alassane Ouattara soutient que son ambition de rapprocher les structures sanitaires des populations, d’améliorer la santé des ivoiriens et les indicateurs sociaux se renforce davantage. « C’est un hôtel en fait ; c’est un hôtel, donc quand les malades viendront je ne sais pas s’ils vont vouloir repartir. C’est une œuvre particulièrement belle », a-t-il déclaré, souriant avant d’ajouter :

« l’ouverture de l’hôpital mère-enfant de Bingerville constitue donc une réponse concrète à notre vision. L’hôpital mère-enfant se positionne déjà comme une référence dans le système de santé par la qualité de son plateau technique et l’expertise du personnel ».

La Première Dame du Niger, Dr Lala Malika Issouffou, par ailleurs invitée d’honneur du gala consacré au 20ème anniversaire de la fondation Children of Africa, a également insisté : « ce matin, nous inaugurons l’hôpital mère-enfant de Bingerville dont j’ai apprécié en tant que médecin, les équipements ultramodernes ».

4 – Une maison de vie complémentaire  

Un centre d’accueil construit à proximité de l’hôpital mère-enfant de Bingerville. Objectif : faciliter la mise en charge des enfants et éviter les longs déplacements. « Dans quelques mois, la Maison de vie pour enfants qui est en construction juste à côté de l’hôpital de l’autre côté sera terminée. Cet espace servira à loger les enfants qui seront en traitement loin de leurs domiciles. Cette Maison de vie a été offerte par la fondation Lalla Salma du Royaume du Maroc », a rassuré Dominique Ouattara. Elle a aussi invité le personnel à prendre soin de l’hôpital mère-enfant et à faire en sorte que l’établissement « devienne un hôpital de référence dans toute l’Afrique ».

5 – Plus 313 agents de santé

La ministre Raymonde Goudou-Coffie a indiqué que « ce sont 313 agents de santé mis à la disposition de l’hôpital mère-enfant » par l’Etat, en dehors « des autres contractuels ». Il s’agit de 44 médecins spécialistes, 72 infirmiers, 56 sages-femmes, 71 aides-soignants, 25 infirmiers et sages-femmes spécialistes, 26 techniciens supérieurs toutes options, un ingénieur biomédical, un pharmacien, 4 professeurs titulaires, 4 maitres de conférences agrégés, un maitre-assistant et deux attachés de recherche, « tous affectés par le ministère de la santé et de l’hygiène publique ».

En tout cas, la Première Dame se réjouie du fait que ce projet voit enfin le jour.

« Je voudrais avant tout propos remercier tout particulièrement mon cher époux, le président Alassane Ouattara qui m’a encouragé, accompagné et soutenu non seulement en tant que grand donateur mais aussi membre du personnel durant ces 5 années de mise en œuvre du projet de l’hôpital », a relevé Dominique Ouattara.

« Ce résultat nous le devons à toutes les personnes et les structures publiques et privées qui se sont impliquées à nos côtés pour faire de ce rêve une réalité », souligne-t-elle, « ainsi qu’à tous les généreux donateurs de Children of Africa qui ont contribué chacun à leur niveau au financement de la construction et de l’équipement de cet hôpital ».

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dix-sept − 6 =