L'actualité ivoirienne sans coloration politique

5 officiers poursuivis pour un bizutage meurtrier

0

Le tribunal militaire poursuit 5 officiers de l’école militaire de Zambakro dans le cadre d’une affaire de bizutage meurtrier. L’information a été donnée par le colonel Ange Kessy lors de sa traditionnelle rencontre trimestrielle avec les professionnels des médias.

Les faits qui leur sont reprochés aux 5 officiers remontent à la rentrée d’octobre 2017. En vue de perpétuer une tradition qui serait propre au centre de formation militaire, le commandant de l’école militaire de Zambakro (200 km d’Abidjan), son directeur de la formation et trois élèves-officiers ont frappé un autre élève qui est mort à la suite de ces coups.

« Le commandant de l’école militaire de Zambakro, son directeur de la formation et trois élèves-officiers qui ont porté les coups sont poursuivis pour homicide et violation de consigne » précise le colonel Ange Kessy.

Selon Ange Kessy, le commissaire du gouvernement, deux semaines plus tard un élève  malien a subi le même genre de passage à tabac rituel et a dû être évacué vers la Tunisie avec des blessures graves.

Pour ces « pratiques rétrogrades » qui selon Ange Kessy salissent le nom de l’armée ivoirienne, les prévenus avaient  déjà été limogés par l’état-major. Désormais inculpés pour homicide et violation de consigne, ils risquent 20 ans de prison. Le procès est prévu pour le mois d’octobre, il aura lieu dans l’enceinte même de l’école pour servir d’exemple selon le procureur militaire.

Ange Kessy s’est aussi prononcé sur l’affaire dite de « vol de 50 millions FCFA chez les forces spéciales ivoiriennes », une unité d’élite de l’armée ivoirienne. L’information judiciaire est terminée et les cinq militaires suspects ont été arrêtés. Il s’agit deux officiers supérieurs qui seront jugés en octobre prochain.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

18 + douze =