L'actualité ivoirienne sans coloration politique

A Abobo, les candidats déroulent leurs programmes en l’absence d’Hamed Bakayoko

0

Les candidats à la mairie d’Abobo ont déroulé leurs programmes face aux jeunes lors d’un débat communautaire ce samedi 6 octobre 2018 au centre culturel d’Abobo. Sur les 6 prétendants, 2 candidats (dont Hamed Bakayoko du RHDP) ont brillé par leur absence. 

Mobiliser les jeunes et les  femmes  pour leur  participation active et citoyenne  à un processus électoral transparent, inclusif et démocratique et aussi promouvoir des élections municipales et régionales apaisées en Côte d’ivoire. C’est l’objectif du « Projet d’appui à l’éducation civique et électorale des jeunes pour une participation citoyenne aux élections municipales et régionales en Côte d’Ivoire en 2018 » mis en œuvre par la Plateforme autonome des organisations de jeunesse de Côte d’Ivoire (PAOJ-CI) avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Pour ce faire, cette organisation de jeunesse a convié les candidats à l’élection municipale à Abobo et les leaders de jeunesse à un « dialogue communautaire » le samedi 6 octobre 2018 au Centre culturel d’Abobo.

Selon Alexandre Didier Amani, coordonnateur de la Plateforme autonome des organisations de jeunesse de Côte d’Ivoire (PAOJ-CI), le but de cette rencontre est de créer un cadre d’échanges pour permettre aux candidats d’expliquer leurs programmes aux populations afin que ces derniers puissent faire un choix éclairé.

« L’objectif de ce genre d’activités c’est que les candidats présentent leurs projets aux populations. Parce qu’l faut que les populations sachent qu’on vote plus le programme que l’individu. Et au-delà de ça, cela s’inscrit dans une dynamique de redevabilité. Quand le candidat est élu, il faut qu’au moins une fois dans l’année, deux ou trois fois pendant le mandat, puisse faire un bilan à mi-parcours », explique-t-il.

La bataille des programmes

A Abobo, 6 candidats briguent la mairie. Tehfour Koné (Indépendant), Yéo Kanabein Oumar (indépendant), Hamed Bakayoko (RHDP), Koné Kigbafory Ousmane (Indépendant), Kadjo Sylvestre Tanon (Indépendant) et Albéric Mandjoba Dirabou (PDCI). Sur les 6 candidats en lice, deux (ou leurs représentants) étaient absents à ce dialogue communautaire : le ministre de la défense Hamed Bakayoko et Yéo Kanabein Oumar.

Pendant les échanges, Koné Tehfour est arrivé et l’organisation lui a donné la possibilité de s’adresser en quelques minutes à la centaine de jeunes. Il justifie le sens de sa candidature.

« L’élection municipale est une élection de développement et non une élection politique. Je voudrais dire ici que je me suis démarqué pour la simple raison que les partis politiques en général prennent en otage le développement local et mettent en avant-garde le développement des partis politiques avec l’argent qui devait servir au financement du développement local pour faire le financement du développement des partis politiques. Donc c’est en homme politique averti que j’ai pris ma responsabilité d’aller en candidature indépendante », explique cet instituteur élu député sous la bannière RHDP.

Les débats ont porté sur les différents programmes des candidats

« Il faut encourager les populations à l’éveil des consciences pour ne pas que le développement soit pris en otage soit par des partis politiques, soit par des démagogues parce qu’un élu local devait pouvoir être quelqu’un qui a déjà œuvré dans le sens du bien-être des populations avant de vouloir briguer un quelconque poste. Parce qu’en fait, le développement local permet dans la localité de savoir que celui-là, même quand il n’a jamais été autorité, voici ce qu’il a posé comme action, donc on peut déjà lui faire confiance en lui confiant le développement locale », a-t-il fait valoir avant de se retirer.

Pendant au moins 3 heures, les représentants de quatre têtes de liste qui ont accepté ce débat ont vanté le programme de leurs candidats. M. N’Da, représentant le candidat Sylvestre Kadjo, a indiqué que son leader envisage de décentraliser la mairie. Ainsi, Abobo sera délimité en 30 quartiers afin de créer 3 mairies annexes dont chacune aura en charge 10 quartiers. Un comité de gestion géré par 50 personnes sera installé, soit au total 30 comité de gestion.

La question sécuritaire d’actualité

Le programme du candidat Sylvestre Kadio, précise-t-il, est axé autour de 10 projets (allant de la sécurité à l’emploi en passant par l’éducation, les infrastructures routières, le sport, les TIC,) qui permettront de créer 20 000 emplois directs à Abobo. Le candidat envisage créer une zone industrielle dans la commune.

« Pour la question de la zone industrielle, on compte déjà créer 4 usines : 3 usines de transformation de manioc et 1 usine de transformation de la cola », promet M. N’Da. L’autosuffisance alimentaire est un axe important de sa politique. L’objectid est de mobiliser 2 000 hectares afin de convertir 5 000 jeunes en agriculture : « Du coup, Abobo va devenir le grenier d’Abidjan. Pour nos mamans aussi, ça va faire baisser le coût du marché ».

Quant à Touré Sanga, représentant Koné Tehfour, il souligne que la politique de son candidat est basée sur 4 principes : la responsabilité, la transparence, l’état de droit et la participation citoyenne ; ce qui permet une gestion participative et inclusive. Dans le programme de son leader qui se décline en 17 points, la sécurité a une place de choix.

« Le candidat s’engage à d’abord construire des commissariats et à sensibiliser tous ceux qui sont la cause de l’insécurité, ils ne sont pas la seule cause mais ils y participent pour beaucoup, il y a ce que l’on appelle les microbes », Touré Sanga.

Le candidat s’engage à former ces jeunes et à les insérer dans la vie active. Cela participera à la réduction de l’insécurité, espère-t-il. En plus du renforcement de la police municipale, la liste Koné Tehfour envisage de faire en sorte qu’il y a des services de sapeurs-pompiers rapprochés afin d’assurer la protection civile.

Abobo s’est mobilisé pour écouter chaque candidat

Aménagement de la voirie, accès à l’eau potable, valorisation de la culture et du sport, appui aux personnes âgées en soutenant « certains familles avec des filets de sécurité », mise en place d’un fonds pour soutenir les activités des femmes, construction de Il prévoit au moins 5 nouveaux établissements publics pour la commune, construction de 5 nouveaux centres communautaires de santé, de 3 dispensaires et de centres médico-social pour la jeunesse scolaire, construction de nouvelles gares pour moderniser le secteur des transport, etc.

L’emploi des jeunes 

Le candidat Tehfour Koné ne manque d’idées. « Pour faciliter l’auto emploi, il entend mettre en place un fonds d’au moins 250 millions de francs Cfa par an qui va faciliter l’octroi de prêts aux jeunes avec les taux pratiquement insignifiants, à la limite sans taux » pour financer les projets des jeunes », annonce Touré Sanga.

Mandjoba Dirabou Albéric du PDCI était représenté par Diabaté Beh (membre du FPI tendance Affi N’Guessan). Pour lui, « la mairie d’Abobo a arrêté de travailler depuis 1999. Depuis, le coup d’Etat, on n’a plus eu de maire à Abobo ». Avant d’annoncer ce que propose son candidat : « S’il est élu, c’est d’abord la décentralisation de la mairie, c’est-à-dire créer des annexes de la mairie dans tous les grands quartiers pour décongestionner tout le cafouillage que nous voyons à la mairie centrale ici ».

Dans le programme du candidat du vieux parti, il est prévu la création de comités de gestion pour associer les habitants à la gestion de la commune à la gestion. Sur la question centrale de la sécurité, il a déroulé les recettes de son leader. « L’insécurité, on parlait des microbes, on n’a pas de centre de formation professionnelle. Les enfants qui sont éjectés par le système sont dans la rue. On ne peut même pas les encadrer parce qu’il n’y a pas de centres de formation professionnelle dans une commune comme Abobo. C’est grave pour la jeunesse. Pour nous, il faut créer un centre de formation professionnelle pour permettre aux jeunes d’aller apprendre des métiers », proclame-t-il valoir.

Il propose de créer un grand club de sport, « ce qui va permettre à nos jeunes de quitter ce qu’on appelle le club des microbes ». Mais combattre l’insécurité c’est aussi créer les infrastructures et surtout développer la voirie : « même si tu donnes 50 véhicules 4×4 à nos agents de sécurité ici, ils ne peuvent jamais intervenir parce qu’il n’y a même pas de routes. Donc la voirie fait partir de la sécurité ».

Le candidat du PDCI entend renforcer la police municipale, mettre l’accent sur l’assainissement pour améliorer le cadre de vie, créer des garderies, augmenter les capacités d’accueil des établissements qui existent et construire chaque année de nouvelles classes au primaire et au secondaire, créer de nouveaux espaces pour permettre aux femmes de faire du commerce et surtout combattre l’informel.

Le candidat indépendant Tehfour Koné

« Notre mairie n’arrive pas à créer des emplois parce que notre mairie n’a pas d’idées. La mairie qui est là actuellement n’a pas d’idées. En 2016, la mairie d’Abobo son budget était seulement 2,5 milliards. Sur les 2,5 milliards, 75% vont dans les salaires, etc. En ce qui concerne l’investissement, c’est zéro », soutient Diabaté Beh, avant d’annoncer :

« Ce qu’on prévoit, c’est de venir augmenter le budget de la mairie. Un maire doit créer des richesses. Quand on vous parle de sortir de l’informel, on augmente le budget de la mairie ».

Pour Coulibaly Sounkalo, représentant le candidat Koné Kigbafory Ousmane, « notre vision, c’est changer l’image d’Abobo ». Le programme de son candidat est axé sur la sécurité. « L’axe majeur de notre programme c’est la sécurité des Abobolais, ce que nous avons appelé l’axe prioritaire. Parce que vous ne pouvez rien entreprendre dans l’insécurité, dans le désordre », estime-t-il.

Il s’agira aussi de renforcer le rôle de la police municipale, la voirie et l’assainissement, d’accroître les établissements scolaires, de valoriser la culture et le sport en créant « un véritable complexe sportif ».

L’emploi jeunes et l’amélioration des conditions de vie des femmes restent une priorité pour le candidat Koné Ousmane. Ainsi, il envisage de créer un cabinet spécialisé pour accompagner les jeunes, les coacher pour qu’ils puissent s’insérer dans le tissu social et aussi créer un fonds pour  les projets des jeunes.

« Il est du rôle de la mairie de vous accorder des subventions, pas des prêts parce que vous employez aussi d’autres jeunes », a exprimé Coulibaly Sounkalo devant les jeunes présents.

Le candidat compte aider les femmes par des financements pour leurs activités commerciales à travers des prêts « à taux zéro » et la formation pour leur permettre d’avoir une meilleure gestion. La solidarité est un axe important. Pour réduire les inégalités, un appui est prévu pour les personnes du 3ème âge.

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

vingt + quatre =