L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Adama Bictogo a-t-il créé une fondation dédiée à la lutte contre la pauvreté en plein covid-19 ?

0

Dans une publication Facebook ayant suscité de milliers de commentaires et de centaines de partage, de nombreux internautes s’indignent que l’ancien ministre et PDG du SNEDAI Groupe, Adama Bictogo ait créé une fondation ayant pour objet notamment la lutte contre la pauvreté en pleine période la Covid-19. Certains d’entre eux vont même jusqu’à affirmer qu’il s’agit d’une initiative visant à détourner les fonds consacrés à la lutte contre la pandémie. Après vérification, c’est compliqué…

C’est une information qui a fait le buzz sur facebook. Il s’agit cette photo qui ressemble fort bien à une coupure de presse.

On peut lire « FONDATION BICTOGO INITIATIVES » en haut en gras suivi en dessous de ce message « par arrêté n°230/MATED/DGAT/DAG/SDVA du 16 avril 2020 ; il a été donné récépissé de la déclaration pour la fondation BICTOGO INITIATIVES dont le siège social est sis à Cocody Deux Plateaux, lot 2815 qui pour objet : – lutter contre la pauvreté – apporter assistance et aide aux étudiants, aux jeunes inventeurs, et/ou entrepreneurs – œuvrer pour le développement de l’éducation en général et en particulier celle de la jeune fille, – aider au financement, à la construction ou à l’équipement d’écoles, de centre de santé, de centre polyvalents au profit des zones rurales et/ou des collectivités ». On voit également sur l’image ce numéro : FC 100080172-67946.

L’un des premiers comptes à avoir partagé cette information est le compte Affairage News le 23 Avril à 18 :25 (mettre le lien de la publication). Il cite comme source un certain Kyria Doukouré.

Grâce aux techniques de recherche sur facebook, nous avons donc remonté la chaine de diffusion. Avec la requête « Fondation Bictogo Initiative ET Covid19 OR Coronavirus », on se rend compte que la photo a fait son apparition pour la première fois dans les réseaux sociaux à travers cette publication du compte Kyria Doukouré le 23 Avril à 17:55. https://web.facebook.com/search/top/?q=kyria%20doukour%C3%A9%20fondation%20bictogo%20initiatives&epa=SEARCH_BOX. Toutes les autres publications sont antérieures à cette publication et certaines mêmes l’indique comme source comme l’a fait la page Affairage News.

Mais d’où vient cette photo ? A première vue, il s’agit d’une coupure de presse. En Côte d’Ivoire les déclarations de création des organisations non gouvernementales sont publiées au journal officiel. Nous avons donc tenté de retrouver le numéro du journal officiel d’où est extraite cette coupure. Sur la photo, il est indiqué la date du 16 avril 2020 comme étant la date de signature de l’arrêté. Cette date correspond à un jeudi. Le journal officiel parait tous les lundis. L’information a été rendue publique sur les réseaux sociaux le jeudi 23  Avril 2020, soit une semaine après la date de signature de l’arrêté.

Entre ces deux dates, il n’y a qu’un seul lundi ; il s’agit du lundi 20 avril 2020. Si l’arrêté de création a été publié au journal officiel, il est certain qu’il a été dans le journal officiel du lundi 20 avril 2020. Nous avons donc essayé de nous procurer ce numéro du journal officiel. Problème, il n’y a pas de numéro du journal officiel à cette date. Contacté d’abord par mail, le secrétariat général du gouvernement n’a pas répondu. Pas plus de succès par téléphone.

Mais en plus du journal officiel, il y a des annonces qui paraissent parfois dans le quotidien gouvernemental Fraternité Matin. Joint par téléphone, un agent du service archive de Fraternité Matin est formel « les annonces légales émanant des arrêtés ministériels ne sont pas publiées  dans Fraternité Matin. Ces annonces sont du ressort uniquement du Journal Officiel ».

La piste de la coupure de presse difficile à remonter

Pour créer une Organisation Non Gouvernementale en Côte d’Ivoire (ONG), il faut obligatoirement passé par l’étape du dépôt des dossiers à la préfecture d’Abidjan. Nous avons décidé de nous tourner de ce côté pour poursuivre nos recherches.

Le préfet d’Abidjan avait quelques jours auparavant dénoncé dans sa série Facebook intitulée « Allo Abidjan », des pratiques de tentative d’escroquerie consistant à créer par exemple une ONG pour faire des dons dans le contexte du Covid-19. Il raconte qu’ « il y en a qui sont venus me voir, faut faire ONG, on va faire don. Je ne signe rien. C’est dans corona tu vas venir faire ONG ? ». C’était le 14 avril dans cette vidéo (Lien de la vidéo : https://web.facebook.com/VincentTohBi/videos/223004279021705/) soit neuf (09) jours avant la publication du post indiquant la création de la Fondation Bictogo Initiatives.

Le préfet d’Abidjan a-t-il donc signé pour la création de cette organisation non gouvernementale malgré ce qu’il en disait lui-même quelques jours avant ? A quelle date précise a-t-il donc signé le récépissé d’enregistrement de la Fondation Bictogo Initiatives ?

Nous avons tenté de trouver la liste des organisations non gouvernementales sur le site de la préfecture d’Abidjan. Problème, la préfecture ne dispose pas de site internet mais seulement d’une page facebook. En revanche, cette page Facebook indique un lien qui redirige vers le site internet du ministère de l’intérieur. En effet, les préfectures sont sous la tutelle directe du ministère de l’intérieur. Nous avons donc essayé de trouver cette liste sur ce site. Malheureusement, un message indique que le site est en construction. Impossible donc d’y accéder. Pas de chance !

Présomption de détournement de fonds

Quoi qu’il en soit, l’information a été reprise par de nombreux internautes et petit à petit, une accusation a fait son apparition selon laquelle la fondation aurait été créée dans le but de « détourner les fonds liés à la lutte contre le Covid-19 ». En effet, si dans la publication initiale, il n’y a aucune allusion au covid-19, certain internaute ayant repris la publication accuse directement M. Adama Bictogo, d’avoir créé cette fondation en plein crise « parce qu’il a appris qu’un fonds de plusieurs centaines de milliards de francs CFA est mis en place pour soutenir les populations vulnérables dans la lutte contre le COVID-19 ». D’autre comme cet internaute parle de « détournements massifs en téléchargement ».

En plus des réseaux sociaux, l’information a été reprise par la presse en ligne. On apprend ainsi dans cet article du site afriksoir.net comme on peut le lire sur cette capture, qu’un article a été rendu public déjà le 4 mars 2020 et qui « dévoile les contours de Bictogo Initiative ».

Un autre site d’information, koaci.com titre : Adama Bictogo lance sa fondation en plein coronavirus. Le site utilise la même coupure de presse sans préciser sa source. Le journaliste indique cependant que « l’initiative a pour fondement la promotion de l’entrepreneuriat de croissance ».

Fondation Bictogo initiatives et Bictogo initiative, deux noms pour une même chose ?

Comme on peut le remarqur dans ces captures d’écrans et même dans ces articles, il est plutôt question de Bictogo Initiative et non de Fondation Bictogo Initiatives (avec un S à initiative par ailleurs). Est-ce la même chose ?

Nous avons décidé d’en avoir le cœur net en vérifiant directement. Nos recherches pour trouver le site internet de la Fondation Bictogo Initiatives nous ont conduits sur le site bictogo-initiative.com.

Dans cette lettre du fondateur publiée sur le site bictogo-initiative.com qui ressemble surtout à une sorte de profession de foi, on peut lire dans le dernier paragraphe que la contribution de Bictogo Initiative est « de donner du souffle à la Côte d’Ivoire… et qui ne devra son essor qu’à une jeunesse qui libère au maximum son potentiel ». Et juste en dessous dans la partie en gris on peut lire « BICTOGO Initiative est un dispositif de Responsabilité Sociale d’Entreprise du Groupe SNEDAI ».

Aucune mention d’une fondation ayant pour objet de lutter contre la pauvreté – apporter assistance et aide aux étudiants, aux jeunes inventeurs, et/ou entrepreneurs – œuvrer pour le développement de l’éducation en général et en particulier celle de la jeune fille, – aider au financement, à la construction ou à l’équipement d’écoles, de centre de santé, de centre polyvalent au profit des zones rurales et/ou des collectivités, tel qu’indiqué dans la coupure de presse. Nous décidons donc de joindre le groupe SNEDAI pour avoir des précisions. D’abord par téléphone, sans succès ; puis par mail, aucune réponse à ce jour.

Un élément nous amène quand-même à penser qu’ils ont bien reçu notre mail. En effet, après notre premier passage sur le site le 26 avril, nous avons essayé de revenir le 30 avril pour vérifier d’autres informations. Et là, subitement, plus d’accès au site internet. Comme on peut le voir sur cette image, le site est fermé et un message indique « we are coming soon » en français « nous arrivons bientôt ».

Le site que nous avions visité trois jours auparavant n’est plus accessible. Il y est même marqué désormais Fondation Bictogo Initiatives (exactement le même nom que sur la coupure de presse).

Quand on s’attarde sur l’url du site, on s’aperçoit qu’il s’agit en effet du même site que BICTOGO Initiative à savoir bictogo-inititive.com. C’est donc le même site que nous avions visité il y a trois jours. Mais pour en être sûr, nous avons essayé de retrouver le site avant sa fermeture. Et comme on peut le voir dans cette capture ci-dessous, il s’agit bien du même site. Il a été modifié et fermé le 28 avril à 21 :57. Bizarre non !

Grâce à tous ces éléments, nous sommes en mesure de dire que la Fondation Bictogo Initiatives existe vraiment. Et que cette fondation a remplacé une autre initiative dénommée BICTOGO Initiative dont l’objet était de « libérer l’entrepreneuriat de croissance ». Mais pourquoi ce changement surtout en ce moment précis et avec un changement complet d’objet ?

En plus de cette question fondamentale, plusieurs autres questions non moins importantes subsistent : la première est de savoir à quelle date les statuts et règlement intérieur de cette fondation ont-ils été déposés à la préfecture d’Abidjan. La lourdeur administrative est bien connue. Peut-être que les statuts avaient été déposés longtemps et que l’arrêté de l’annonce légale n’a été publié que 16 Avril.

Ensuite pourquoi l’on ne trouve pas le journal officiel du lundi 20 avril sur le site du secrétariat général du gouvernement ni sur abidjan.net (qui met en vente sur son site tous les numéros du journal officiel) ?

Enfin, est-ce bien le préfet d’Abidjan qui a signé le récépissé de déclaration permettant à cette fondation d’avoir une existence légale ? Lui qui, quelques jours auparavant dénonçait le comportement d’« escroc » consistant à vouloir créer une ONG en cette période. En ajoutant même cette phrase catégorique : « je ne signerai rien » ?

Faux : le passeport ivoirien n’est pas parmi les cinq plus sécurisés du monde

Des éléments de certitudes malgré des questions pendantes

Toutes ces questions dont les réponses ne se trouvent pas en interrogeant les outils d’investigation en ligne restent pour l’instant sans réponse. Car ni le préfet d’Abidjan ni Snedai Groupe ni le Secrétariat général du gouvernement n’ont donné suite à nos sollicitations pour l’instant.

Comme l’a rappelé de nombreux internautes, Adama Bictogo est cadre du parti au pouvoir. Ancien ministre, il a dû quitter le gouvernement en catastrophe parce que mis en cause dans l’affaire de détournement des fonds d’indemnisation des victimes des déchets toxique. A ce stade, il est difficile de conclure qu’il a créé une fondation en plein coronavirus pour « détourner » les fonds de lutte contre cette pandémie comme l’affirme certains internautes.

Cependant, il est clairement établi que la Fondation Bictogo Initiatives a bien été créée par la Snedai Groupe dont Adama Bictogo est le PDG. Ce qui signifie que la coupure de presse n’est pas un faux. Deuxième élément, le site internet de Bictogo Initiative est en cours de remplacement pour devenir le site internet de la Fondation Bictogo Initiatives. Enfin, comme on l’a vue, Bictogo Initiative et Fondation Bictogo Initiatives sont deux initiatives avec des objets totalement différents : l’un a pour « fondement la promotion de l’entrepreneuriat de croissance » ; et l’autre a pour objet entre autres de « lutter contre la pauvreté – œuvrer pour le développement de l’éducation en général et en particulier celle de la jeune fille ».

Traoré Bakary

Note de la rédaction : Certains liens dans cet article peuvent conduire sur des pages d’erreurs soit parce que les publications ont été supprimées ou le compte ou la page a été supprimée ou suspendue.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

huit + 6 =