L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Africa CEO Forum : l’Afrique en marche

0

L’Africa CEO Forum, organisé par Jeune Afrique media Group a ouvert ses portes ce 26 mars 2018 à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. « Champions africains : l’heure de la transformation » est le thème autour duquel les hommes d’affaire venus du monde vont échanger pour permettre aux entreprises africaines d’être compétitives sur le plan mondial.

« Il y a une grande disparité entre les riches et les pauvres en Afrique. Nous faisons partie de l’une des compagnies qui peuvent aider à fermer cette fracture » s’est confié Clive Smith, PDG du groupe TSEBO entreprise spécialisé dans la maintenance et l’industrialisation. Initialement basée en Afrique du Sud depuis sa création en 1971 elle s’est agrandit dans 25 pays africains ses dix dernières années et emploie à ce jour 400 milles personnes.

« Maintenant nous comptons agrandir à 100.000 employées si on le réussir on pourrait véritablement contribuer au développement du continent » a-t-il indiqué.

L’Afrique est le continent de l’avenir. Tous les statistiques le confirment. Sa croissance est estimée à 3,5% d’ici 2020. Sa population qui est de plus en plus   s’accoutume à la technologie constitue un atout. Cependant plusieurs défis sont à relever : plus de 150 millions d’africains souffrent d’insécurité alimentaire sévère ; l’augmentation de la populations active de 30 millions d’individus tous les ans, l’industrie manufacturière est en dessous de 10% du PIB africain, 650 millions d’africains n’ont pas accès à l’électricité.

Elle ne dispose que de 400 entreprises dont le chiffre d’affaire est au-dessus d’un milliard de dollars. En plus aucune entreprise africaine ne figure dans le top 500 des plus grandes entreprises du monde. Il est donc important pour les hommes d’affaire africains de mettre en place des plans d’action pour permettre la transformation des grandes entreprises du continent d’où le grand rôle que va jouer le secteur privé. Les entreprises doivent s’agrandir pour résorber le taux de chômage sur le continent mais également se positionner sur le plan mondial.

« L’utilisation de papier sur le continent est très bas. Si l’utilisation s’installe dans les coutumes de l’africain la demande serait forte donc pas besoin d’un marché extérieur. C’est suffisant pour nous l’entreprise va grandir l’important c’est d’avoir un grand marché » déplore Riad Baloukji PDG du groupe Boulos, spécialiste dans le recyclage de papier qui est ensuite utilise pour les papier toilette et essuie tout.

Il emploi 1200 salaries en Afrique notamment en Côte d’Ivoire. Il estime à 15% le taux d’utilisateur des produits qu’ils met sur le marché étant donné que son domaine n’est pas saturé ; lui pense que son entreprise peut croitre si les africains qui n’utilisent pas le papier sous ses différentes formes changent ses habitudes.

Quant à Nicolas Pyrgos, directeur d’Emeraude suisse capital, son entreprise propose des services financiers à des clients résidents en Afrique tel que des entrepreneurs qui ont des besoins d’avoir des comptes à l’étranger « j’ai déjà une base de client africain qui sont des résidents africains et hommes d’affaire résident sur le continent » selon le Dg d’Emeraude suisse capitale.

L’Afrique est un continent avec un énorme potentiel au niveau démographique au niveau des ressources naturelles les acteurs européens ou étranger qui y croient ne sont actuellement pas forcément très nombreux mais très nombreux dans certainement pas le de temps.

« Je pense qu’il faut être projet déjà maintenant parce que c’est maintenant qu’on prépare l’avenir et nous on y croit fortement et c’est pourquoi nous sommes au forum pour essayer de rencontrer des gens ».

L’Africa CEO forum est à sa sixième édition, il a réuni près de 1600 personnalités, venu de 60 pays.

Raïssa Yao

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

17 − douze =