L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Alain Lobognon condamné à un an de prison

0

Le député pro-Soro a été condamné à un an de prison ferme et 300.000 f CFA d’amende pour un tweet. Ces collègues qui sont venus le soutenir n’ont pas été autorisés à avoir accès au palais de justice.

Alain Lobognon, député de la ville de Fresco au sud de la Côte d’Ivoire est considéré comme l’un des fidèles du président de l’Assemblée nationale et ancien chef de la rébellion, Guillaume Soro. Sa condamnation mardi par le juge est considérée par le camp Soro comme faisant partie d’une opération politique visant à casser et humilier les partisans du président de l’Assemblée nationale dont la démission a été annoncée par Alassane Ouattara pour février. L’accusation soutient que M. Lobognon a posté un tweet dans lequel il accusait le procureur de vouloir faire arrêter un de ses collègues députés.

L’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports entre 2011 et 2015 a été reconnu coupable de « propagation de fausse nouvelle, incitation à la violence et trouble à l’ordre public ». Le procureur Richard Adou qui réclamait « une peine exemplaire de 24 mois d’emprisonnement ferme » avait estimé que le tweet en question avait eu des « conséquences »: « des affrontements ont eu lieu ». Il a aussi évoqué « une situation incontrôlable ».

Il a établi une corrélation entre le tweet et les heurts entre policiers et manifestants qui avaient eu lieu au Plateau. Les forces de l’ordre et les partisans du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), se sont affrontés à coup de pierres et de gaz lacrymogènes dans le quartier des affaires où l’élection municipale a été remporté par le PDCI devant un candidat du parti du président Alassane Ouattara. Les neuf avocats constitués pour défendre Alain Lobognon et une trentaine d’autres ont abandonné la salle après que le président a refusé de donner suite à leurs exceptions qui soulevaient notamment la compétence du tribunal.

Me Bamba Lamine, ancienne ministre de la communication et proche de Soro, souligne que le départ des avocats du tribunal se justifie par leur volonté « de ne pas être complice de cette mascarade judiciaire ». En effet, l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a demandé l’abandon des poursuites contre le député dont l’immunité parlementaire n’avait pas été levée.

« Alain Lobognon est un proche de Soro Guillaume. Il s’est prononcé contre la tentative de vouloir faire un troisième mandat du président de la République. Ce procès s’est transformé en parodie de procès. Quand on veut noyer son chien on l’accuse de la rage. Tout était pipé, joué à l’avance », a dénoncé Me Bamba Lamine qui défendait aussi le député Alain Lobognon. « Nous sommes clairement dans un procès politique. Ce magistrat était aux ordres. Nous l’avons tous compris. C’est un procès politique », a-t-elle affirmé après l’audience avant de préciser que le collège d’avocats de la défense allait faire appel. Elle dit espérer que les « juges auront à cœur de lire le droit ».

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

5 × 1 =