L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Alex Ogou dans l’univers des ‘microbes’

0

Le réalisateur Alex Ogou s’est donné pour objectif de pénétrer dans l’univers des ‘microbes’ à travers une série baptisée ‘Invisibles’. Un projet cinématographique qu’il a initié grâce à un partenariat avec Canal+ International.

La série-fiction en 10 épisodes de 52 minutes, plonge les cinéphiles dans l’univers de ces bandes d’enfants délinquants qui écument les rues d’Abidjan et qui sont tristement crédités de crimes violents. Construire une fiction autour de la question des ‘enfants en conflit avec la loi’ est une idée originale dans le contexte ivoirien mais il l’est également à l’échelle africaine.

En effet, c’est la première fois qu’une fiction traitant de ce phénomène de société est produite par un réalisateur. La question des enfants délinquants est un fléau partagé par de nombreuses grandes villes d’Afrique de Lagos à Johannesburg et même sur d’autres continents, notamment dans les favélas de Rio de Janeiro et Bogota en Amérique du Sud.

« Comment un enfant peut-il devenir un ‘microbe’ ? Il s’agit de comprendre ce phénomène de société, de restituer sa complexité » explique Alex Ogou.

Phénomène des microbes : l’Etat ivoirien mis en cause

‘Invisibles’, une série produite par TSK Studio (Côte d’Ivoire) et Canal+ International, conte le parcours d’un jeune abidjanais de 13 ans. Chaka, – le nom du personnage central – va sombrer dans la délinquance en rejoignant une bande de ‘microbes’. Lorsque Chaka voit sa mère perdre son commerce qui représente la seule source de revenu pour la famille, il bascule dans la délinquance.

Alex Ogou, réalisateur de ‘Invisibles’

‘Invisibles’ a été réalisé par une équipe mix ivoiro-burkinabè, a rappelé Cécile Gerardin, responsable production-fiction de Canal+ International. Cette production est un appel à peine voilé à s’interroger sur les causes socio-économiques profonde de cette délinquance juvénile dans une société ivoirienne où la question des ‘microbes’ divise.

La police lance l’opération Vacances sécurisées 3

La production de la série ‘Invisibles’ a demandé trois ans de travail et mobilisé des jeunes Ivoiriens qui à l’origine n’étaient pas des acteurs professionnels. Ces derniers ont été formés pendant plusieurs semaines, avant de camper leurs rôles respectifs pendant cinq mois de tournage dans différents quartiers populaires d’Abidjan et dans l’intérieur de la Côte d’Ivoire.

‘Invisibles’ sera en compétition au 20ème festival de la fiction audiovisuelle de La Rochelle en France du 12 au 16 septembre. Une distinction pour cette série sera sans doute une belle récompense pour une initiative cinématographique originale.

SUY Kahofi

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

vingt − 15 =