L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Aucune tension frontalière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso

0

Le jeudi 9 janvier, le chef d’état-major de l’armée de Côte d’Ivoire a déclaré lors d’une visite à Ouagadougou qu’il n’y avait pas eu de violation du territoire ivoirien par l’armée burkinabé lors d’une récente opération anti-terroriste à la frontière entre les deux pays.

Cette déclaration a été faite lors d’une visite de l’officier ivoirien au Burkina Faso pour rencontrer son homologue burkinabé, le général Moise Minoungou. A l’issue de cette visite de courtoisie selon l’Etat-major, le général Lassina Doumbia, a déclaré « qu’il n’y avait jamais eu de violation de notre territoire » par l’armée burkinabé lors de son opération militaire le long de la frontière commune.

Pour rappel, des bombardements ont été entendus à Alidougou dans le sud-ouest du Burkina Faso à la frontière ivoirienne et burkinabé. Ces bombardements émanaient d’une opération antiterroriste aérienne et terrestre menée par le Burkina Faso. L’exercice a été lancé par l’armée burkinabé le samedi 4 janvier. Cette opération militaire de grande envergure avait pour objectif de démanteler les positions de groupes armés cachés dans les forêts environnantes.

« Les forces burkinabé ont travaillé à l’intérieur de leur territoire. C’est probablement la proximité de notre frontière qui a laissé croire qu’il y avait un problème », a indiqué chef d’état-major de l’armée de Côte d’Ivoire.

La frontière entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire est toujours considérée comme dangereuse. Le ministère français des Affaires étrangères l’a placée dans la zone rouge (à éviter) de sa carte de conseils aux voyageurs à la mi-décembre [2019]. Dans l’ensemble, la visite du CEMA Ivoirien s’inscrit dans une dynamique de soutien à l’armée burkinabé pour ses résultats « encourageants » enregistrés ces derniers jours contre les djihadistes.

Traoré Bakhary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

trois + 17 =