L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La BAD aide à l’amélioration du transport urbain à Abidjan

0

Fin 2016, la Banque Africaine de Développement (BAD) a approuvé un prêt de 769,78 millions d’euros à la Côte d’Ivoire. Cette enveloppe vise à améliorer le transport urbain dans la ville d’Abidjan et permettre, d’ici peu, la sortie de terre d’importantes infrastructures.

Les villes intelligentes de ce siècle sont construites sur deux principes qui contribuent pour beaucoup à leur développement socio-économique. Il s’agit de la connectivité et de la mobilité. Ces deux principes facilitent énormément l’existence de millions d’habitants qui peuplent ces agglomérations. Dans le contexte africain, la mobilité dans les grandes villes – notamment les capitales – reste une équation difficile à résoudre. La Côte d’Ivoire n’est pas une exception avec sa capitale économique Abidjan forte 4,71 millions d’habitants soit 21% de la population totale du pays (2014).

Si l’on venait à faire une comparaison avec des villes africaines comme Le Caire, Lagos, Johannesburg, Dar-Es-Salam ou Nairobi, la population d’Abidjan parait très petite mais elle pose déjà le problème de mobilité. Les longs embouteillages aux heures de pointe et les voies uniques pour rallier certains quartiers en sont la preuve. Une situation qui risque de s’aggraver car d’ici 2030, la population d’Abidjan pourrait doubler (projection ≈ 8,5 millions). Les autorités ivoiriennes ont très vite compris les implications d’une telle croissance de la population d’où l’adoption du Schéma Directeur d’Urbanisme du Grand Abidjan (SDUGA). Il s’agit d’un plan de développement de la ville d’Abidjan et de son agglomération pour en faire une ville intelligente à l’horizon 2030.

Le nouveau schéma directeur d’Abidjan intègre une forte dimension urbanisme mais surtout un volet transport à travers le schéma directeur des transports urbains du Grand Abidjan (SDTUGA). Le SDTUGA projette la réalisation de plusieurs infrastructures routières visant à faciliter le déplacement des populations du grand Abidjan. Le grand Abidjan est une zone qui s’étend au District d’Abidjan et à ses six communs périphériques que sont Alépé, Azaguié, Bonoua, Dabou, Grand-Bassam et Jacqueville.

L’action de la BAD

La Banque africaine de développement appuie depuis de nombreuses années la Côte d’Ivoire dans le développement de différents projets visant à améliorer les conditions de vie des populations. Parmi ces projets nous citerons la Centrale d’Azito et la mobilisation de partenaires – à la demande du Gouvernement ivoirien – pour boucler le financement du pont Henri Konan Bédié. En ce qui concerne l’enveloppe de 769,78 millions d’euros fraîchement allouée à la Côte d’Ivoire, elle doit aider à la réalisation d’importantes infrastructures dont le très attendu 4ème pont d’Abidjan déjà appelé par les populations Pont de Yopougon.

« Le pont et les voies d’accès qui lui sont associé facilitera les déplacements quotidiens de centaines de milliers d’abidjanais et participeront à désengorger les voies existantes. On estime qu’il sera emprunté quotidiennement par plus de 70.000 véhicules » indique Jean Noël Ilboudo, ingénieur des Transport en charge de la coordination du projet au sein de la BAD.

De façon concrète, le projet vise l’aménagement de 87,9 km de voies urbaines rapides, d’un pont de 1.400 mètres, de six échangeurs, la réhabilitation des feux tricolores de 89 carrefours, le renforcement des capacités existantes en matière de régulation de la circulation et de sécurité routière. Au-delà de cette composante liée à la mobilité urbaine, le projet inclus une dimension protection de l’environnement à travers l’évaluation de la qualité de l’air, la gestion des déchets urbains ainsi que la protection des écosystèmes naturels. Bien entendu, tout ceci se fera dans un contexte d’amélioration de la planification urbaine et des recettes locales.

« Le projet sera réalisé de mars 2017 à décembre 2021 et permettra d’améliorer la fluidité du trafic, de réduire les accidents de la route, de renforcer la gestion urbaine, d’améliorer la qualité de l’air, d’augmenter les revenus des ménages, de valoriser les déchets, de réduire les gaz à effet de serre et d’améliorer la qualité de vie des populations » a souligné le Directeur des transports et des TIC à la BAD, Amadou Oumarou.

L’enveloppe de 769,78 millions d’euros pour améliorer le transport urbain dans la ville d’Abidjan est une nouvelle bouffée d’oxygène pour l’Etat de Côte d’Ivoire dont le Gouvernement est engagé sur plusieurs chantiers depuis la fin de la crise post-électorale il y a plus de 6 ans. En effet, une démographique galopante combinée à une expansion du parc automobile et un déclin des systèmes de transport public est une combinaison qui ne marche pas lorsqu’une ville est appelée à compter plus de 8 millions d’habitant à l’horizon 2030 ! Le début des travaux est donc très attendu par les populations du grand Abidjan.

Raïssa Banhoro

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

6 − deux =