L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Bamba Sindou : « Un jeune peut être candidat à l’élection présidentielle »

0

Les jeunes sont particulièrement invités à s’inscrire massivement sur la liste électorale lors de révision de celle-ci qui est prévue du 18 au 24 juin 2018, une opération à laquelle peuvent prendre part tout ivoirien âgé de 18 ans et plus au 31 mai 2018 et ceux – déjà sur la liste – qui souhaitent apporter des modifications sur leurs données comme le changement de lieu de résidence ou de nom notamment par mariage pour les femmes.

Les jeunes sont peu nombreux sur la liste électorale de 2016 qui compte 6 318 311 inscrits. Afin de changer la donne, la Plateforme des organisations de la société civile pour l’observation des élections en Côte d’Ivoire (POECI) et le Réseau ivoirien des jeunes leaders pour l’intégrité (RIJLI) ont lancé ce mercredi 13 juin 2018 à l’ISTC-Polytechnique une campagne intitulée « Active ta voix ». Celle-ci s’inscrit dans le cadre du projet d’« appui à la participation des jeunes aux processus électoraux de 2018 et 2020 en Côte d’Ivoire » dont l’objectif est d’inciter les jeunes de 18 à 35 ans à s’enrôler massivement. Ces derniers sont 2 603 994 soit 40,4% sur liste électorale de 2016.

Cette campagne de sensibilisation va se dérouler sur l’étendue du territoire et de façon ciblée dans des localités comme Sassandra, Bangolo et Mankono à travers les médias et sur les réseaux sociaux. Les jeunes sont invités à s’impliquer dans la révision de la liste électorale car il s’agit pour eux de décider du choix de leurs dirigeants et de leur propre avenir.

« Nous sommes dans un pays où la plupart de ceux qui dirigent ce pays ont plus de 60 ans, 70 ans. Or, on a 77% de jeunes en Côte d’Ivoire. Comment ces jeunes peuvent impacter s’ils ne participent pas ? », questionne Bamba Sindou, coordonnateur général de la POECI.

Pour lui, il faut un changement : « Quand vous n’avez pas les mêmes visions que ceux que vous appelez les anciens, allez-y vous-mêmes aux affaires pour pouvoir opérer le changement souhaité. Mais si ceux qui doivent opérer le changement, vous n’êtes pas dans ces sphères-là, comment vous pouvez aboutir au changement. Donc pour nous, il est important que les jeunes s’inscrivent et qu’ils aient aussi la possibilité de peser sur les décisions pour faire changer les décisions en leur faveur ».

Le Magnific, humoriste engagé pour la campagne « Active ta voix »

Les jeunes peuvent même viser l’élection présidentielle puisque l’âge pour briguer la magistrature suprême a été abaissé à 35 ans. « Vous voyez que quand on prend la tranche d’âge à l’élection présentielle en Côte d’Ivoire, avant c’était 40 ans. Maintenant, les jeunes ont poussé un peu, on a ramené à 35 ans. Ça veut dire qu’un jeune peut être candidat », souligne Bamba Sindou qui ajoute :

« Si un jeune est candidat, est-ce que la majorité des jeunes sont prêts à voter pour ce jeune pour qu’il soit président sans tenir compte de toutes ces chapelles politiques ? En France, on a l’exemple avec le président français Macron (…) C’est un jeune mais qui dirige une puissance. Et vous voyez que nos chefs d’Etat courent pour être reçu par ce jeune (…) Des gens qui ont 72 ans courent pour être reçus par un jeune de 40 ans ».

Pierre Adjoumani, membre du conseil d’administration de la POECI, estime pour sa part que l’heure est à la jeunesse. « Vous devez prendre votre destin en main. Et pour prendre votre destin en main, il faut être sur la liste électorale », a-t-il galvanisé les jeunes qu’il invite à oser.

A cette cérémonie, les nombreux jeunes présents ont été invités à s’enrôler à l’occasion de la révision de la liste électorale prévue du 18 au 24 juin 2018, c’est-à-dire la semaine prochaine. « 89% de jeunes entre 18 et 24 ans n’étaient pas enregistré en 2016 sur la liste électorale ivoirienne. C’est donc une situation qui devient préoccupante étant donné qu’en 2017 », a rappelé Kevin Adomayakpor,  directeur résident du NDI. Selon lui, cette éducation électorale est indispensable. « En étant sur la liste électorale, quel que soit votre position, vous pourrez donc activer votre voix pour vous choisir les dirigeants qu’il vous faut », a-t-il lancé à l’endroit des jeunes.

Les jeunes ont décidé de prendre leur responsabilité, a déclaré Romaric N’Dri, du RIJLI. Il a invité ses camarades à s’inscrire massivement lors de la révision de la liste électorale. « C’est une affaire qui nous concerne », souligne-t-il. Romaric N’Dri exhorte les jeunes à s’enrôler afin d’être en position de force et d’être en mesure de faire « un vote onction ou un vote sanction » en faveur du candidat de son choix dans le premier cas ou contre celui qu’on veut sanctionner dans le second.

« Les jeunes doivent se mobiliser massivement pour choisir leurs représentants que ce soit les maires, les présidents de conseil régional ou le président de la république (…) Nous encourageons les jeunes à s’inscrire. C’est la seule voie démocratique. On n’a pas deux options », insiste Magloire N’Dehi, chargé de programmes à la fondation Friedrich Naumann.

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

13 − 9 =