L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Cacao : un nouveau mécanisme de fixation des prix adopté

0

Ghana et Côte d’Ivoire ont adopté mercredi à Abidjan un nouveau mécanisme de fixation des prix. Ce mécanisme de vente de leur cacao, qui instaure un différentiel de 400 dollars la tonne.

Le 12 juin à Accra, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont suspendu la vente des récoltes de cacao de 2020/2021 jusqu’à la mise en place d’un prix minimum. Les deux pays avaient décidé qu’ils ne vendraient plus leur cacao en deçà de 2.600 dollars la tonne, promettant après la rencontre d’Accra de se retrouver pour étudier un mécanisme de prix unique.

« La réunion de ce jour avait pour but de rencontrer les experts pour leur présenter ce mécanisme des prix. C’est maintenant chose faite et je pense que nos partenaires ont compris le mécanisme », a indiqué le directeur général du Conseil du café et du cacao, Yves Brahima Koné.

Cacao : le prix minimum étudié par la Côte d’Ivoire et le Ghana

« A la suite d’une série d’échanges avec les principales parties prenantes, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont mis en place un nouveau mécanisme de fixation des prix pour le commerce des fèves de cacao qui contribuera à fournir un prix rémunérateur aux producteurs », souligne le communiqué sanctionnant la rencontre des experts des deux pays et des industriels. Ce mécanisme de fixation des prix pour le commerce des fèves de cacao sera utilisé à partir de la campagne 2020-2021, qui démarre le 1er octobre 2020.

« Ce système prend en compte un différentiel de revenu de subsistance fixe qui procurera aux producteurs un revenu décent », poursuit le texte. Le directeur général du Conseil du café et du cacao, Yves Brahima Koné qui avait à ses côtés le directeur général du Ghana Cocoa Board, Joseph Boahen Aidoo a précisé que ce mécanisme du prix plancher du cacao contribuerait à garantir un prix rémunérateur aux producteurs grâce à une tonne vendue à 400 dollars. Au-delà de la mise en place d’un mécanisme de prix unique, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont aussi promis d’engager des discussions avec l’industrie cacaoyère sur les questions de la durabilité du mécanisme.

Traoré Bakary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

cinq + vingt =