L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Côte d’Ivoire : faut-il s’inquiéter pour 2020 ?

0

Les premiers résultats des élections locales en Côte d’Ivoire sont déjà disponibles et donnent le RHDP largement en tête du scrutin. Ces élections qui avaient valeur de test avant la présidentielle de 2020 ont confirmer l’urgence de réformer la Commission électorale indépendante (CEI).

Faut-il s’inquiéter pour 2020 si pour des postes de maires il y a autant de violences et de morts ? Les Ivoiriens se posent la question tant le traumatisme de la dernière crise post-électorale est encore vivant dans les esprits. Les élections locales du 13 Octobre loin de rassurer ont fini par mettre à jour les nombreuses défaillances du système électoral ivoirien, la révision ratée du fichier électoral et les moyens techniques défectueux de la CEI. Les élections municipales et régionales en Côte d’ivoire ont été émaillées de violences et d’irrégularités aussi bien le jour du scrutin que le lendemain.

Samedi 13, les violences ont fait un mort et des blessés dans la localité de Lakota et dimanche à Séguéla, deux hommes ont perdu la vie et un autre à Abobo PK 18 alors que les premières contestations se signalaient dans plusieurs villes du pays. La CEI a interrompu la diffusion des résultats des élections locales à la télévision nationale dans la soirée du samedi. Finalement ce lundi, plus de la moitié des résultats de ces élections sont déjà disponibles.

Élections locales : entre incidents et doute sur la crédibilité du scrutin

Comme il fallait s’y attendre, c’est le Rassemblement des Houhpouétistes pour la Démocratie (nouveau parti unifié) et la Paix dominé par le RDR d’Alassane Ouattara qui se taille la part du lion sur 120 localités. Le RHDP rafle 53 mairies alors que son ancien allié et désormais principal opposant – le PDCI d’Henri Konan Bédié – a remporté 31 sièges. La cuisante défaite du PDCI annoncée par les cadres proches d’Alassane Ouattara n’a donc pas eu lieu.

Le PDCI va plus loin et conserve la mairie de capitale politique, Yamoussoukro et la commune présidentielle de Cocody. Les militants du vieux parti espèrent conserver la commune administrative du Plateau, un résultat qui sonnerait comme un véritable camouflé pour le RHDP. La tension autour des résultats du Plateau reste vive : le PDCI dénonce des intimidations et un processus de tripatouillage organisé par la Commission électorale.

Les élections locales entre boycott et violences

Le RHDP de son côté remporte les sièges de la deuxième ville du pays Bouaké, la cité portuaire de San Pedro ou encore la très disputée commune d’Abobo. Les résultats de plusieurs communes ‘sous tension’ sont encore entendus. Il s’agit du Plateau, de Port Bouët, de la cité balnéaire de Grand Bassam ou encore Bondoukou. Dans ces communes et de façon générale pour toutes ces élections locales, le PDCI dénonce des fraudes et d’importantes irrégularités. Maurice Kakou Guikahue, le secrétaire exécutif du parti a indiqué dimanche que des recours en justice étaient déjà prêts.

Au-delà de la bataille entre les deux grandes formations politiques, les candidats indépendants qui représentent 50% des candidatures ont raflé 34 mairies. En ce qui concerne les Conseils régionaux, les résultats partiels donnent le RHDP grand vainqueur avec 10 régions sur les 14 que comptent le pays. Ces élections locales qui consacrent une nouvelle configuration politique en Côte d’Ivoire expose la nécessité d’une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI).

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

5 × trois =