L'actualité ivoirienne sans coloration politique

COVID-19 : JVE offre des kits sanitaires aux femmes du marché de Koumassi-Sicogi

0

Les femmes du marché de Koumassi-Sicogi ont reçu des kits sanitaires ce mercredi 22 avril 2020 pour lutter contre le COVID-19.   

L’élan de solidarité pour faire face au COVID-19 se poursuit. Ce mercredi 22 avril 2020, dédié à la journée mondiale de la terre, l’ONG Jeunes volontaires pour l’environnement (JVE Côte d’Ivoire) a fait un don de kits sanitaires composés de deux kits de lavage de mains, d’une vingtaine de gels hydro-alcooliques et d’une cinquantaine de masques (cache-nez) aux femmes commerçantes du petit marché de Koumassi Sicogi.

Pour les bénéficiaires, ce matériel constitue un soulagement car les commerçantes n’arrivent plus à exercer leurs activités. Elisabeth Gbangbo, secrétaire générale de l’association des femmes battantes du petit marché de Sicogi 3, « c’est la première depuis la pandémie que nous recevons des dons dans notre marché »« C’est difficile parce que là mon restaurant est fermé. On nous dit de ne plus vendre dans les marchés. L’argent qu’on gagne, on préfère acheter du riz pour les enfants pour qu’ils mangent. On ne peut pas le mettre dans l’achat de cache-nez. Donc aujourd’hui, une ONG est venue nous partager des cache-nez, ça nous fait plaisir », se réjouit cette commerçante.

Larissa Yapo, de l’ONG Jeunes volontaires pour l’environnement Côte d’Ivoire, explique que ce geste vise à contribuer à la sensibilisation sur les mesures barrières pour lutter contre le COVID-19 mais aussi soutenir en particulier les femmes qui sont particulièrement impactées par cette pandémie. « Ce sont les femmes qui sont au-devant de la souveraineté alimentaire. C’est pourquoi on a choisi ce 22 avril consacré à la journée de la Terre pour célébrer cette journée avec ces femmes et aussi faire un don pour les accompagner à faire face à la pandémie du COVID-19 », a fait savoir Larissa Yapo. « Nous travaillons avec les communautés et avec les femmes. Il est important de soutenir ces femmes parce qu’elles sont très impactées par toutes les crises et la pandémie du coronavirus est une crise parmi tant d’autres comme la crise climatique, énergétique, etc. », a-t-elle ajouté.

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

4 × deux =