L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Deux charges ont-elles été abandonnées contre Blé Goudé ?

0

L’ancien leader de la galaxie patriotique est détenu à Scheveningen et est toujours en procès à la Cour pénale internationale (CPI). Selon certains médias, deux charges retenues contre lui auraient été abandonnées.

Dans un article publié par BBC Afrique sur son site internet le 14 Septembre 2018 et intitulé « Deux charges contre Blé Goudé abandonnées par la CPI », le service français du célèbre radiodiffuseur britannique indique que deux charges retenues contre le dernier ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo ont été abandonnées. La radio fonde son affirmation sur une interview réalisée avec Me N’Dry Claver qui souligne que « deux charges retenues contre » son client « ont été effacées ». Quand bien même venant de l’avocat de Charles Blé Goudé et relayée par un média connu pour son sérieux, cette information est-elle fondée ?

Les charges contre Blé Goudé

Né le 1er janvier 1972 en Côte d’Ivoire, Charles Blé Goudé a écrit une page importante de la lutte syndicale estudiantine dans son pays avant de se retrouver au premier plan de la résistance « contre l’agression de la France » pour reprendre l’expression au cœur du combat des Jeunes Patriotes. Ses actions durant la crise lui valent d’être présent à la CPI depuis le 22 mars 2014. A l’ouverture de son procès, le 28 janvier 2016, quatre chefs d’accusation sont retenus contre lui.

Procès Gbagbo-Blé Goudé : après deux ans de procès, quelles preuves contre les accusés ?

« Charles Blé Goudé aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle pour quatre chefs de crimes contre l’humanité, prétendument perpétrés à Abidjan en Côte d’Ivoire, entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril de 2011 ou vers cette date, alternativement en tant que coauteur indirect (article 25 3-a du Statut de Rome) ; ou, en ordonnant, sollicitant ou encourageant la commission de ces crimes (article 25-3-b du Statut) ; ou en apportant son aide, son concours ou toute autre forme d’assistance à la commission de ces crimes (article 25-3-c du Statut) ; ou en contribuant de toute autre manière à la commission de ces crimes (article 25-3-d du Statut) : le meurtre, le viol, les autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire – la tentative de meurtre et la persécution » peut-on lire sur le site de la CPI.

Des charges abandonnées ?

Si Me N’Dry Claver souligne que « deux charges retenues contre » son client « ont été effacées », le Bureau du procureur à une autre version des faits. « Le Bureau du procureur voudrait souligner qu’il n’y a eu aucun changement dans les crimes chargés contre Charles Blé Goudé », a indiqué Fadi El Abdallah, porte-parole de la Cour pénale internationale (CPI).

« Suite à une réévaluation approfondie de ses preuves, l’accusation a conclu qu’il y avait lieu de ne plus inclure deux incidents spécifiques parmi les incidents chargés contre M. Blé Goudé. Il s’agit des incidents du 03 et du 17 mars 2011 », a ajouté Fadi El Abdallah.

Une charge dans un procès n’inclut pas nécessairement ou seulement un incident : une seule charge peut inscrire plusieurs incidents. Le fait d’avoir retiré deux incidents d’une charge dans l’affaire Blé Goudé contre le Bureau du procureur ne change pas en substance la nature et le nombre des crimes allégués contre Charles Blé Goudé.

Acquittement pour Gbagbo à mi-chemin du procès ?

Les deux incidents retirés par le procureur sont relatifs au présumé bombardement du marché Siaka Koné d’Abobo, le 17 mars 2011 et la répression de la marche des femmes d’Abobo le 03 mars 2011. Les affirmations du porte-parole de la Cour pénale internationale (CPI) sont confirmées par deux autres sources qui n’ont pas souhaité être citées : l’une au sein du Bureau du procureur et l’autre du Bureau public pour la Défense de la CPI.

A la question de savoir si des charges ont été abandonnées contre Charles Blé Goudé ; la réponse est non. Le porte-parole de la CPI et deux autres sources au sein de la Cour pénale internationale ont clairement indiqué que seuls deux incidents ont été retiré des quatre charges. Les informations contenues dans l’article de BBC Afrique sont donc infondées.

Ebony T. Christian, envoyé spécial à La Haye

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dix-sept + 7 =