L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Deux initiatives du GIABA contre le blanchiment d’argent

0

Le Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) organise, les 22 et 23 mai 2017, à Abidjan en Côte d’Ivoire une conférence publique et un concours inter-universitaire d’Art Oratoire sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) en Afrique de l’Ouest.

Les objectifs de ces deux évènements sont de mobiliser les parties prenantes ivoiriennes et le public universitaire contre ces fléaux ; de susciter des contributions universitaires pertinentes au moyen de travaux de recherches et de publications d’ouvrages sur la LBC/FT en Côte d’Ivoire ; de promouvoir l’image du GIABA auprès les parties prenantes afin que ceux-ci soient mieux informés et sensibilisés sur sa mission et ses mandats en tant qu’Institution spécialisée de la CEDEAO.

Placé sur le thème « Impact du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme (BC/FT) sur les économies ouest-africaines et enjeux de la LBC/FT », la conférence publique sera l’occasion de susciter des échanges sur la LBC/FT et de positionner cette problématique parmi les centres d’intérêts prioritaires des parties prenantes ivoiriennes.

Pour cette troisième édition, le thème du concours interuniversitaire d’art oratoire est la « Force de la jeunesse et contribution à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le Financement du Terrorisme en Afrique de l’Ouest ». Conçu pour servir de plate-forme de promotion de la connaissance des dispositifs de LBC/FT et d’échange d’idées sur des questions d’actualité, le concours mettra en compétition huit (8) étudiants présélectionnés dans huit (8) universités des Etats francophones membres du GIABA.

Il s’agit des universités suivantes : Université d’Abomey-Calavi (Benin) ; l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso) ; l’Université Felix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire) ; l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (Guinée) ; l’Université Des Sciences Juridiques et Politiques De Bamako (Mali) et l’Université Abdou Moumouni (Niger).

La mise en œuvre de ces deux programmes se justifie par le plan stratégique 2016-2020 du GIABA qui avait identifié un certain nombre de défis parmi lesquels des déficits de connaissances par rapport au BC/FT ; la capacité insuffisante à prévenir les activités de BC/FT où les risques sont bien connus et évalués. En outre, dans la stratégie de communication, il avait été également souligné la nécessité de renforcer l’efficacité de l’institution par le relèvement du niveau de connaissances, la promotion de la compréhension et le soutien aux principaux acteurs en matière de LBC/FT.

Les résultats enregistrés après les éditions passées, en termes de sensibilisation de masse, de promotion de la visibilité du GIABA et de stimulation d’initiatives de recherches chez les étudiants et les enseignants ont montré le bien-fondé et la pertinence de cette stratégie d’où la nécessité de poursuivre et de multiplier ces programmes dans les tous les Etats membres.

La conférence publique et le concours inter-universitaire d’Art Oratoire sont donc des occasions toutes indiquées pour le GIABA de distribuer aux participants, une diversité de supports de communication sur la LBC/FT mais également de susciter chez les parties prenantes des réflexions et des contributions pertinentes sur cette problématique.

Il est attendu aux termes de ces deux journées d’activités, une meilleure compréhension des exigences de la LBC/FT, du mandat et du rôle de l’institution communautaire dans la mise en œuvre des normes du GAFI ; un engagement dans les recherches universitaires sur la LBC/FT; une implication des jeunes et du monde universitaire dans la LBC/FT.

Source CERCOM GIABA

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dix-neuf − treize =