L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Education : la COSEFCI menace de reprendre la grève

0

La Coalition des syndicats du secteur éducatif/formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) brandit de nouveau le spectre de la grève. Une décision prise lors de son Assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue mercredi.

Selon le porte-parole de la COSEFCI, la décision de reprendre la grève pour quatre jours (du 14 au 17 mai 2019) fait suite au statu quo dans les négociations engagées avec le gouvernement. Pacôme Attaby indique que les pourparlers souhaités par les acteurs et partenaires du secteur éducation/formation « n’ont apporté aucune réponse » aux différents problèmes des enseignants.

« Vu que les enseignants n’ont trouvé aucune satisfaction à leurs revendications, (la faîtière) décide de reprendre la grève sur quatre jours reconductibles, et ce à partir de mardi prochain 14 mai jusqu’au 17 mai 2019 » a indiqué le porte-parole de la COSEFCI.

La COSEFCI avait lancé un mouvement de grève de deux mois, avant de le suspendre le 23 mars 2019, après plusieurs mouvements de colère des élèves et étudiants ainsi que les appels des parents d’élèves qui ont demandé que les syndicats et le gouvernement reprennent le dialogue.

Reprise des cours lundi en Côte d’Ivoire

Les enseignants revendiquent entre autres des indemnités de logement, la rémunération de la surveillance des examens et la suppression des emplois d’instituteurs ordinaires et adjoints recrutés avec le BEPC.

Toutes ces revendications ont été transmises aux différents ministères concernés mais le dialogue engagé ne semble pas se faire sur des bases équitables s’inquiète la COSEFCI. En effet, le ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, fixe l’arrêt des notes pour le 17 mai, soit dans une semaine. Or, l’arrêt des notes implique la fermeture prochaine des classes après le calcul des moyennes. Pacôme Attaby c’est une manière d’avoir les enseignants à l’usure et les pousser à des négociations en 2020, une année électorale.

La COSEFCI appelle le gouvernement à mettre fin à tous ces stratagèmes « inutiles » et à trouver des solutions aux problèmes des enseignants. Les syndicats regroupés au sein de la COSEFCI «veulent discuter à la table du Premier ministre afin que ce qu’il peut faire, il le fasse plutôt que de passer par des détours » a martelé Pacôme Attaby.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

12 + onze =