L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Élection présidentielle : la CEI réceptionne une quarantaine de dossiers

0

La Commission électorale indépendante (CEI) a reçu avant lundi minuit une quarantaine de dossiers de candidatures comptant pour l’élection présidentielle du 31 Octobre 2020. La Commission va passer le relai au Conseil constitutionnel qui aura 15 jours pour publier la liste des candidatures validées.

Fortune diverse pour les potentiels candidats à l’élection présidentielle. Selon que l’on a pour nom Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo ou Henri Konan Bédié, l’atmosphère et l’ambiance entourant le dépôt du dossier de candidature tranche avec celle des parfaits inconnus. Les candidatures à la présidentielle du 31 octobre en Côte d’Ivoire de l’ex-président Laurent Gbagbo, toujours en Belgique, et de l’ex-chef rebelle et ancien Premier ministre Guillaume Soro, qui réside en France, ont été déposées lundi par leurs partisans.

Bien avant eux, le président Alassane Ouattara, 78 ans, et l’ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, avaient déjà déposé leurs dossiers la semaine dernière. Parmi les nombreuses candidatures déposées lundi figurent celles de l’ancien ministre Abdallah Albert Mabri Toikeusse, de Mamadou Koulibaly, l’ancien président de l’Assemblée nationale et porte-étendard du parti LIDER, de l’ancien préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irie ou encore de l’ancienne dauphine de Miss Côte d’Ivoire Marie Carine Bladi.

Dix ans après la crise post-électorale, la crainte de violences à l’approche du scrutin du 31 octobre est forte. L’annonce que M. Ouattara briguera un troisième mandat a provoqué des manifestations qui ont dégénéré en violences ayant fait une quinzaine de morts en août. Comme la précédente, la Constitution de 2016 limite à deux les mandats présidentiels. Les partisans de M. Ouattara affirment que le changement de Constitution a remis le compteur à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature.

Lundi, le chef de l’Eglise catholique en Côte d’Ivoire, le cardinal Jean-Pierre Kutwa, a estimé que la candidature de M. Ouattara à un troisième mandat n’était « pas nécessaire », appelant au « calme » et à « organiser les élections dans un environnement pacifié ».

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

2 + cinq =