L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Enlèvement d’enfants : Alassane Ouattara prêt à sévir !

0

Le phénomène d’enlèvement d’enfants préoccupe la Côte d’Ivoire toute entière et fait planer sur le pays un esprit de tristesse et de désolation. Face à la crainte que suscite ces assassinats d’enfants, le président Alassane Ouattara s’est adressé à la Nation ce 07 Mars 2018, promettant des actions vigoureuses contre ce fléau.

Au terme du Conseil des ministres de ce mercredi 07 Mars 2018, le porte-parole du Gouvernement Ivoirien est revenu sur le triste bilan des enlèvements d’enfants en Côte d’Ivoire. Selon le ministre Bruno Koné on dénombre à ce jour huit cas de disparition ou d’enlèvement de mineurs dont trois décès. Pour ces trois morts, le mode opératoire reste le même : mort violente par strangulation ou à l’arme blanche.

Sur la liste des enfants décédés figure Traoré Aboubacar Sidick dit Bouba (4 ans) Glahou Hermone Chancelline (14 ans) et Lopoua Lopoua Bienvenu dit Drogba (6 ans). Des corps sans vie qui ont suscité au sein de la population un sentiment de colère et d’indignation.

Ce sentiment d’insécurité a poussé les ivoiriens à descendre dans la rue pour exiger des actions concrètes de la part du Gouvernement pour freiner ce fléau et mettre hors d’état de nuire les mains obscures qui organisent ces enlèvements d’enfants. Le président Alassane Ouattara semble avoir entendu l’appel de la population.

« Nous sommes déterminés à lutter contre ces pratiques inacceptables. Tous les moyens humains et matériels seront déployés pour faire la lumière sur ces événements ignobles, afin d’éviter que cela ne se reproduise. Il ne doit plus jamais y avoir de cas de Bouba en Côte d’Ivoire » a indiqué le président ivoirien.

Le Chef de l’Etat Ivoirien a aussi indiqué que des enquêtes en cours et ont déjà permis l’interpellation des « personnes impliquées dans les différents cas d’enlèvement ou d’assassinat » promettant que tous les « suspects seront traduits devant la justice et les coupables seront sévèrement punis ». « J’ai donné des instructions fermes pour que nos forces de défense et de sécurité se déploient en nombre, sur le terrain pour protéger toutes les populations. Je vous invite donc, chers compatriotes, à ne pas céder à la psychose » a-t-il par ailleurs recommandé.

Un mauvais temps s’annonce donc pour ces criminels qui ont décidé de faire couler le sang d’enfants innocents. Pour un grand nombre d’ivoirien, seuls les sacrifices humains et rituels pour le pouvoir et l’argent peuvent expliquer cette montée en force des cas d’enlèvements d’enfants. Pour le Gouvernement cette chienlit ne saurait perdurer d’où la mobilisation au sommet de l’Etat du Conseil national de sécurité pour mettre en terme à ce fléau qui a fini par semer la psychose au sein de la population.

Le président Alassane Ouattara n’a pas manqué de se prononcer sur les derniers incidents qui ont opposé les populations aux agents des forces de l’ordre dans plusieurs localités du pays notamment à Guiglo, Soubré, Bloléquin et, plus récemment, à M’bahiakro. Dans ces localités, les populations se sont attaquées aux symboles de l’Etat suite à des actes posés par des agents des forces de l’ordre qui ont occasionné mort d’homme.

« Oui, nous avons assisté à une montée d’actes de violence et de défiance de l’autorité de l’Etat. Des familles ont été endeuillées ; des symboles de l’Etat ont été saccagés. Je veux dire ma peine et la solidarité de la Nation à toutes les victimes ainsi qu’à leurs familles. La justice a été saisie et plusieurs personnes ont déjà été arrêtées » a-t-il indiqué. Alassane Ouattara n’a pas manqué d’interpeller les deux parties en conflit.

Pour les civils, il a « instruit les forces de sécurité pour qu’elles ne tolèrent plus les attitudes contraires aux lois et règlements de notre République ainsi qu’à la quiétude des populations ». Aux forces de l’ordre, il a indiqué qu’il sera « particulièrement vigilant sur le comportement de nos forces de sécurité. Le racket sera sévèrement sanctionné » a-t-il martelé.

SUY Kahofi

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

2 + quinze =