site d'actualité ivoirienne

Faux, Kaba Nialé n’a pas proposé la limitation du nombre d’enfants à trois

0

Des informations relayées sur les réseaux sociaux soutiennent que la ministre du Plan et du développement préconise la limitation à trois du nombre d’enfants par foyer en Côte d’Ivoire. La rubrique de fact checking de Eburnie Today a vérifié ces informations et constaté que ces rumeurs sont fausses.

Une rumeur qui circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux fait cas de ce que Kaba Nialé, la ministre du Plan et du développement de Côte d’Ivoire, aurait proposé la limitation d’enfants à 3 par foyer dans le pays. Une accusation que récuse ledit ministère. « La ministre n’a jamais tenu ce genre de propos, encore moins proposé une loi pour limiter le nombre d’enfants dans les familles », a déclaré Dr Tahirou, conseiller en communication de Kabab Nialé joint dimanche 22 octobre 2017 par Eburnie Today afin de vérifier cette affirmation qui comme une trainée de poudre avait été relayé  en un temps record sur les réseaux sociaux depuis le 18 octobre 2017. Selon Dr Tahirou, la ministre du plan et du développement lors de ses différentes interventions pendant l’atelier des experts sur l’autonomisation des femmes et dividende démographique, cadre où elle aurait prononcé ces mots, Kaba Nialé n’a fait aucune déclaration allant dans le sens d’imposer un nombre d’enfant dans les foyers.

En tout cas, ils ont été nombreux sur les différents forums et sur les réseaux sociaux à s’attaquer à la ministre. Un internaute postait le 18 octobre 2017 : « Kaba Nialé, la ministre du plan et du développement, propose une limitation de 3 enfants par femme. Votre avis ». Cette page donnait ainsi l’occasion aux internautes de s’expliquer sur les soi-disant propos de cette membre du gouvernement. « Si cette idée venait de vous Madame, nous aurions dit que vous êtes certainement soucieuse du bien-être de vos populations. Mais lorsque cela vient d’un Monsieur qui n’en a pas un seul et qui n’a pas votre âge et de surcroît ne connait rien aux problèmes de l’Afrique et que vous qui avez fait l’école et avez assez d’expérience pour réfléchir par vous-même sortez de telles inepties, c’est pathétique », a réagi en commentaire sur le pseudonyme d’Alino Faso.

Si certains avaient des propos plus agressifs, d’autres par contre, quoique moins nombreux, approuvent le principe de la limitation du nombre d’enfants. C’est le cas de Kouadio Ignace : « Je suis pour la validation Madame la ministre. Félicitations pour l’initiative ».

Ce que Kaba Nialé a réellement affirmé

Au cours de l’atelier des experts sur l’Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel, la ministre Kaba Nialé avait, lors de son discours dont Eburnie Today a reçu copie, mentionné que l’Afrique avait une population extrêmement jeune : environ 60% ont moins de 35 ans. A aucun moment Kaba Nialé ne préconise expressément la limitation du nombre d’enfants par femme comme le mentionne les informations relayées sur les réseaux sociaux. La ministre a tout simplement expliqué que cela constituait des charges sociales pour les ménages mais aussi pour l’Etat.

« Cette réalité ne permet pas aux familles de dégager suffisamment de surplus pour investir dans leur bien-être et leur épanouissement. En ce qui concerne l’Etat, elle ne lui permet pas de dégager suffisamment de surplus pour investir dans les infrastructures économiques (routes, ports, aéroport, énergie, télécommunications, etc. », avait indiqué la ministre du Plan et du développement. Et de préciser que c’est au regard de cette réalité que l’initiative Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWDD, Sahel Women’s Empowerment and Demographic) a été lancée dans les pays « afin d’accélérer le rythme de la transition démographique par la maitrise de la fécondité ».

C’était une réunion qui a regroupé le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et la Cote d’Ivoire, qui était le pays hôte. L’objectif était de partager les expériences sur les campagnes de communication pour le changement social et comportemental en vue de l’autonomisation des femmes et du dividende démographique. Cette rencontre s’est tenue les 17 et 18 octobre en prélude au rassemblement des Premières Dames des pays membres à invitation de la Première Dame de Côte d’Ivoire Dominique Ouattara dans la capitale ivoirienne.

Raïssa Yao

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.