L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Hausse de 10% du prix du cacao

0

Le prix d’achat du cacao aux planteurs de Côte d’Ivoire, premier producteur mondial, a été fixé à 825 francs CFA le kilo, à l’ouverture mardi de la campagne cacaoyère 2019-2020, soit une hausse de 10%, a annoncé le Conseil Café Cacao (CCC).

« Sur la base des bonnes ventes par anticipation réalisées et tenant compte du solde du cacao à vendre, le prix d’achat garanti aux producteurs est de 825 FCFA contre 750 pour la campagne précédente », a déclaré le président du Conseil Café Cacao (CCC), organisme ivoirien de régulation du secteur, Lambert Kouassi Konan. Le nouveau prix aux planteurs ivoiriens intervient, au moment où la Côte d’Ivoire et le Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux de cacao, ont décidé d’établir un mécanisme de vente de leur cacao, qui ne serait pas en deçà de 2.600 dollars la tonne.

Le 12 juin, dans une décision « historique » présentée comme un moyen de mieux rémunérer les agriculteurs, les deux pays ont suspendu la vente des récoltes de 2020/2021 jusqu’à nouvel ordre pour préparer la mise en place de ce prix minimum. Cette mesure a été levée par la suite. Forts de cette décision, les planteurs ivoiriens s’attendaient à un prix garanti de 1.000 francs CFA (1,52 euro) le kilo, à l’ouverture de cette campagne de commercialisation 2019/2020, selon certains producteurs.

Cacao : la Banque Mondiale invite la Côte d’Ivoire à des reformes

« Nous ne sommes pas aux 1.000 FCFA souhaités, mais nous y allons progressivement » a expliqué le président du Conseil café-cacao. M. Konan a qualifié de « normale » la campagne précédente qui selon lui, a été fortement marquée par « des ventes spéculatives et la volatilité de la livre sterling en raison du Brexit ». La livre sterling est la principale devise utilisée pour le négoce du cacao, qui s’effectue essentiellement sur le marché de Londres. Le franc CFA est lié à l’euro par une parité fixe.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao avec une production d’environ 2 millions de tonnes par an, dont elle ne transforme que moins de 500.000 tonnes. Concernant l’industrie du cacao, le pays a accru de 8% en 2019 sa capacité de broyage pour s’établir à 566.000 tonnes, confortant sa position de « premier broyeur de cacao au monde ». Le secteur du cacao, stratégique pour la Côte d’Ivoire, doit se transformer pour assurer son avenir et mieux jouer « son rôle de moteur du développement économique » du pays, avait soutenu en juillet un rapport de la Banque mondiale.

Plus de la moitié des producteurs vivent en deçà du seuil de pauvreté, avec moins de 757 francs CFA (1,2 dollar) par jour. Près de 80% des gains de la filière sont concentrés au niveau de la deuxième transformation (celle de la pâte de chocolat) et de la distribution des produits finis aux consommateurs, deux étapes où la Côte d’Ivoire ne joue pas de rôle important.

Traoré Bakary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

20 − 16 =