L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Immigration irrégulière : la Côte d’Ivoire enregistre « une baisse »

0

La fondation Friedrich Naumann pour la liberté, en partenariat avec le festival ciné droit libre, a organisé ce mardi 14 novembre 2017 à son siège à Cocody une conférence de presse sur la célébration de la semaine des droits de l’homme qui fait cette année un « focus spécial » sur l’immigration irrégulière.

« La Cote d’Ivoire n’est plus le premier pays de provenance des migrants en situation irrégulière en Europe. « Certains disent qu’il n’y a pas d’impact, si il y a un impact. La Côte d’Ivoire était le premier pays dont les ressortissants partaient nombreux de manière clandestine mais nous occupons aujourd’hui la 4ème place, il y a une baisse » a déclaré Magloire N’Dehi, assistant de programmes à la fondation Friedrich Naumann pour la liberté.

Il expliquait l’effet positif des différentes campagnes de sensibilisation effectuées sur le terrain qui permettent aujourd’hui de réduire les départs vers l’Europe via la méditerranée et d’infléchir la courbe du phénomène de la migration irrégulière. Magloire N’Dehi observe que certains « aventuriers » ignorent l’immensité du désert et les périls liés à la traversée pour rejoindre ce qu’ils considèrent comme l’Eldorado européen. « Quand on leur présente la réalité, ils se rendent compte qu’ils sont pris dans le piège et beaucoup désistent ». Selon lui, ces jeunes confient ne pas avoir mesuré l’ampleur des risques qu’ils prenaient en décidant de partir de cette manière.

En 2016, les données sur les flux migratoires de l’Afrique occidentale vers l’Italie classaient le Nigeria en première position avec 37 551 migrants, suivi de la Gambie (21 929), de la Guinée (13 342) et de la Côte d’Ivoire en 4ème position avec 12 396 migrants.

Accompagner les projets des jeunes et des femmes

Cette conférence de presse a permis aux initiateurs de détailler le programme de la célébration de la semaine des droits de l’homme qui se déroule du 11 au 18 novembre 2017. Concours d’art oratoire, ateliers des médias, exposition photo qui retrace le parcours de migrants, projection de film… sont entre autres les activités qui meubleront cette semaine. Elle sera célébrée de manière éclatée dans différentes communes du district d’Abidjan, notamment Abobo Sagbé, Yopougon, Marcory Vatican qui sont des endroits où l’on a dénombré à travers des études beaucoup de départs clandestins vers l’Europe.

Si l’an dernier la fondation a mis l’accent sur les professionnels du droit tels que les juristes, cette année cette elle entend élargir la cible attendue à l’ensemble « du peuple ».

D’où le partenariat de la fondation Friedrich Naumann avec le festival ciné droit libre dont le coordonnateur général est Sangaré Yacouba. Il souligne que la « vocation [de ce festival] est de faire la promotion des droits humains à travers le cinéma et cette année nous avons décidé de faire un focus spécial sur l’immigration clandestine. Tout le monde sait que c’est un phénomène important qui a pris une ampleur inquiétante »

Selon le coordonnateur du festival ciné droit libre, le but de ces activités n’est pas de demander aux jeunes de ne pas partir en Europe – parce que la migration a toujours existé – mais de faire en sorte qu’ils prennent les moyens conventionnels et non risquer leur vie.

L’objectif de ces organisations durant cette semaine est de mettre au cœur de l’action publique la question des droits de l’homme autour d’activités d’éducation, de sensibilisation, de formation afin de toucher davantage de personnes.

Quant à Dr Insiata Goita, directrice de l’action sociale et de l’information à la direction générale des ivoiriens de l’extérieur, elle a rappelé les actions menées au niveau du ministère pour endiguer ce fléau : « c’est plus de 5000 km parcourus sur le territoire ivoirien afin de sensibiliser les ivoiriens sur le phénomène de la migration ». Pour plus d’efficacité, la fondation Friedrich Naumann envisage de renforcer les capacités des acteurs locaux afin qu’ils soient des relais sur le terrain. Elle entend également accompagner des initiatives locales notamment les projets des jeunes et des femmes.

Raïssa Yao