L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Les 1% plus riches accaparent 82% de la richesse mondiale

0

Selon le rapport 2017 de l’ONG Oxfam, 50% de la population mondiale, soit 3,7 milliards de personnes, n’a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale en 2017. Alors que 82% des richesses produites l’an dernier ont profité aux 1% les plus riches.

Les inégalités restent aussi frappantes : les riches s’enrichissent, les pauvres s’appauvrissent. Dans son rapport annuel intitulé ‘’Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent’’ publié le lundi 22 janvier 2018, l’ONG Oxfam souligne que 82% de la croissance des richesses créées dans le monde en 2017 ont bénéficié aux 1% les plus riches de la planète, alors que la situation n’a pas évolué pour les 50% les plus pauvres.

« En 12 mois, les richesses de ce groupe d’élite ont augmenté de 762 milliards de dollars, soit plus de sept fois le montant qui permettrait de mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde », explique Oxfam qui observe que le nombre de milliardaires a connu en 2017 sa plus forte hausse de l’histoire, avec « un nouveau milliardaire tous les deux jours ». On dénombre actuellement 2 043 milliardaires en dollars dans le monde, dont neuf sur dix sont des hommes. Les femmes sont les plus touchées par les inégalités : « Dans le monde entier, les femmes gagnent moins que les hommes et elles sont sur-représentées dans les emplois les moins bien payés et les plus précaires », déclare la directrice d’Oxfam Winnie Byanyima.

Pour en savoir un peu plus sur le rapport : https://www.oxfamfrance.org/rapports/partager-richesse-avec-celles-et-ceux-qui-creent

Pour l’ONG, il est essentiel d’offrir des conditions de travail et des rémunérations décentes aux travailleurs et à la main-d’œuvre à travers le monde pour mettre fin à la crise des disparités. La situation actuelle ne profite pas à la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de fèves de cacao. A titre d’illustration, « huit négociants et transformateurs contrôlent à eux seuls 75% du commerce mondial du cacao et moins de 6 % de la valeur d’une tablette de chocolat atteint les producteurs et productrices de cacao ». C’est un net recul par rapport aux années 1980, lorsque les producteurs recevaient 18% de la valeur engendrée le long de la chaîne.

La corruption accroit les inégalités

Ces inégalités croissantes sont aussi le résultat de la mauvaise gouvernance dans certains pays. Oxfam note que « des intérêts privés s’appuyant sur de bonnes relations peuvent s’enrichir aux dépens de l’intérêt public par le biais de privatisations, de ressources naturelles cédées à des coûts inférieurs à leur juste valeur, de marchés publics corrompus ou d’exemptions fiscales et autres échappatoires fiscales ». Environ deux tiers de la fortune des milliardaires est le produit d’héritages, de monopoles et de situations de connivence.

Pour réduire ces inégalités, Oxfam recommande d’introduire un impôt mondial sur la fortune des milliardaires pour contribuer au financement des Objectifs de développement durable (ODD), d’éradiquer le recours aux paradis fiscaux (le manque à gagner fiscal auprès des grandes fortunes et des grandes entreprises représente au moins 170 milliards de dollars chaque année pour les pays en développement) et d’adopter des sanctions automatiques fortes à l’encontre des entreprises et des personnes fortunées qui en tirent profit. L’ONG estime également que « chaque pays doit chercher à produire chaque année des données sur la richesse et les revenus des différentes composantes de la société, notamment les 10 % et les 1 % les plus riches » afin « d’apporter un éclairage sur la concentration des revenus et des richesses en haut de l’échelle ».

Anderson Diédri

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.