L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Jacques Anouma annonce sa candidature à la présidence de la CAF

0

L’ancien patron du football ivoirien a officiellement présenté lundi sa candidature pour le poste de président de la Confédération africaine de football (CAF). Une intention de diriger le football africain qui intervient dans un contexte de procédure administrative contre l’actuel président de l’institution, Ahmad Ahmad.

« Je suis candidat pour restaurer notre maison commune et pour une gestion moderne, responsable et transparente de la CAF », a déclaré Jacques Anouma face aux professionnels des médias et des convives invités pour l’occasion. L’ancien président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) se donne pour mission de « restaurer la CAF » à travers « une vision claire et un projet de développement innovant ». La CAF a été longtemps critiquée pour sa gestion et la corruption qui gangrène l’organisation. Dès son élection, le président de la CAF Ahmad Ahmad avait indiqué vouloir restaurer l’image de l’institution en luttant contre la corruption et le favoritisme.

Malheureusement (ou heureusement), la mission qu’il s’est assigné est aussi celle du président de la FIFA, Gianni Infantino. Après avoir été réélu président de la FIFA pour un second mandat à Paris en juin 2019, Gianni Infantino a rappelé que plus « personne ne parle de scandale ou de corruption. La FIFA est maintenant synonyme de transparence et d’intégrité ». L’italien avait décidé de combattre les grands maux qui minaient le football mondial et qui faisaient les gros titres lorsqu’il avait pris ses fonctions en 2016. Ahmad Ahmad, fait les frais de cette rigueur imposée par Gianni Infantino. Une passation de marché controversée d’équipement sportif sur fond de détournement de fonds a conduit la FIFA à suspendre le malgache en novembre pour cinq ans à un moment où il briguait un second mandat. Le vice-président congolais de la CAF, Constant Omari, qui assurait l’intérim depuis mi-novembre pendant que Ahmad Ahmad récupérait de la Covid, dirige aujourd’hui la CAF.

Jacques Anouma est donc à la conquête d’un poste à la tête d’une institution encore minée par la corruption et de nombreux problèmes structurels. Il devra convaincre les 54 présidents d’organisations africaines de football pour montrer que son projet est capable de transformer le football africain. L’homme, fort de son expérience à la tête de la FIF le sait. Voici pourquoi il a rappelé « que la compétition à laquelle nous nous engageons est capitale pour l’avenir du football sur le continent ». Son projet pour le bien du football africain commence avant tout par une « gestion moderne, responsable et transparente de la CAF » a-t-il indiqué.

Traoré Bakhary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

onze + 10 =