L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La Côte d’Ivoire au Sommet Russie-Afrique

0

A l’instar de plusieurs pays africains, la Côte d’Ivoire a répondu à l’appel du président Vladimir Poutine qui a lancé mercredi son premier grand ‘Sommet Russie-Afrique’. Cette rencontre se veut un espace visant à renforcer la coopération entre les pays africains et la Russie.

La ville qui avait accueilli les J0-2014 s’est mise à l’heure africaine pour quelques jours avec l’arrivée de 43 dirigeants et plus de 3.000 participants, dont de nombreux responsables africains. Face à ce parterre d’invités, le président Russe a insisté sur le potentiel de développement de l’Afrique et promis de doubler dans les cinq prochaines années les échanges commerciaux avec le continent.

En 2018, les échanges commerciaux entre la Russie et l’Afrique s’élevaient à 20 milliards de dollars, moins de la moitié de ceux de la France et dix fois moins que ceux de la Chine. Et la majorité du commerce concerne les armes, rare domaine dans lequel la Russie reste en tête. Les armées africaines continuent de s’équiper avec des produits militaires Russes comme l’incontournable Kalachnikov, le célèbre hélicoptère d’attaque Mi-24 du fabriquant Mil ou le bombardier Soukhoï Su-24.

Sur des images diffusées par l’agence d’Etat Russe TASS, on peut voir dans les stands du sommet des entreprises d’armement. Elles se taillent la part du lion au niveau de l’expo. On y voit des hommes d’affaires russes et africains manipulant les dernières nouveautés en termes de fusils automatiques qui pourront équiper des fantassins en Afrique.

A Sotchi, des poids lourds du continent sont présents. Le Nigérian Muhammadu Buhari, Joao Lourenço au nom du partenaire historique qu’est l’Angolais ou le plus récent des amis russes la République Centrafricaine avec son président Faustin-Archange Touadéra. Des pays où la Russie est quasi absente seront aussi représentés, à l’instar de la Côte d’Ivoire avec son président Alassane Ouattara, qui aura en tête l’éventuelle conclusion d’un accord de coopération militaire.

Vladimir Poutine dit vouloir repenser les relations entre les grandes puissances et l’Afrique. La veille du sommet, il a dénoncé l’impérialisme de certaines anciennes puissances coloniales qui font du chantage aux pays africains à cause de l’aide au développement qu’elles apportent au pays africains.

« Nous voyons comment certains pays occidentaux ont recours à la pression, à l’intimidation et au chantage contre des gouvernements souverains africains », a déclaré M. Poutine lors d’un entretien accordé à l’agence de presse TASS.

« Ils utilisent de telles méthodes pour tenter de se redonner une influence et une domination perdues dans leurs anciennes colonies sous une nouvelle forme et ainsi pouvoir en tirer le maximum de profits en exploitant le continent », a-t-il ajouté. Selon Vladimir Poutine, son pays est prêt à aider l’Afrique sans lui imposer les nombreuses conditions contraignantes liées à l’aide au développement comme le font certains pays occidentaux.

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

18 + cinq =