L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La révision constitutionnelle adoptée par le Parlement

0

Le Sénat et l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire ont voté mardi lors d’un Congrès la révision constitutionnelle proposée par le président Alassane Ouattara. Les modifications de la loi fondamentale critiquée par l’opposition ont été adoptées par 246 voix pour et 2 contre.

Le président Alassane Ouattara qui avait annoncé le 5 mars qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, avait le même jour dévoilé plusieurs modifications de la Constitution ivoirienne. La version de la Constitution soumise à modification avait été adoptée en 2016.

Parmi ces modifications qualifiées de mineurs par les membres de coalition au pouvoir, figurent la suppression du ticket président/vice-président, celui-ci devant être finalement nommé par le président après le scrutin, la suppression de la Cour suprême avec l’institutionnalisation du Conseil d’État et de la Cour des comptes, ou encore la prolongation sine die du mandat des députés en cas d’impossibilité d’organiser un scrutin.

La majorité au deux-tiers des 344 députés et sénateurs était nécessaire pour que la révision soit adoptée. Et malgré le boycott de l’opposition du vote à l’Assemblée comme au Sénat, le texte final a été adopté. « Nous, opposition, nous sommes contre qu’on touche à une virgule de la Constitution à quelques mois de la présidentielle » a indiqué NGoran Djedri du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Il a ajouté que « c’est une mascarade. Aucune des règles élémentaires n’a été respectée pour cette modification ».

Le climat politique est tendu en Côte d’Ivoire avant la présidentielle d’octobre. L’opposition et le pouvoir ne dialoguent presque plus au moment où de nombreux ivoiriens aspirent à ne pas revivre le scénario de la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3.000 morts.

Anderson Diédri

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quatre × quatre =