site d'actualité ivoirienne

La sécuritaire sanitaire renforcée aux frontières du Bénin

L’USAID Bénin, l’Organisation du Corridor Abidjan-Lagos (OCAL) et l’USAID ont procédé ce mardi 24 octobre 2017 à la remise de matériels médicaux et d’équipements de protection au Ministère de la Santé du Bénin. Cet appui s’inscrit dans le cadre du projet « Prévention de la transmission du virus Ebola, et autres fièvres hémorragiques virales au port, aéroport et aux 11 frontières terrestres clés du Benin ».

La récente épidémie de la maladie à virus Ebola en Afrique de l’ouest aura permis à chaque pays de voir les failles de son système de sécurité sanitaire et la faiblesse des moyens de riposte face aux menaces sanitaires de grande envergure. L’espace CEDEAO qui était directement affecté par cette dernière flambée de la maladie a dû faire preuve de solidarité et d’une grande capacité de coopération pour freiner l’avancée de la maladie.

Si les grands centres urbains disposant de centre de santé, d’hôpitaux et centres hospitaliers universitaires ou régionaux ont pu mieux se préparer pour une éventuelle gestion de cette épidémie, force est de constater que les zones transfrontalières étaient de véritables déserts médicaux. Le corridor Abidjan-Lagos n’était pas une exception. Sur ce tronçon long de 1.022 Km, les structures sanitaires n’existent pas réellement aux frontières. Noé, Aflao, Kraké, Eluibo ou Sémé…rares sont les localités qui disposent d’un centre de santé équipé pour faire face à une menace sanitaire qui pourrait se signaler à une frontière.

C’est pour aider à lutter contre ces déserts médicaux observés aux frontières que l’USAID Bénin, l’Organisation du Corridor Abidjan-Lagos (OCAL) et l’USAID ont décidé d’appuyer l’Etat de Bénin via son ministère de la santé à travers un don d’une valeur de 124.430.670 f CFA. Ce montant a permis d’acquérir des équipements composés de 300 thermomètres sans contact à infrarouge 5-15cm, 110 équipements de protection individuelle, 60 distributeurs automatiques de gel hydro alcoolique, 3.600 boites de 100 pièces de gant d’examen divers, 24 dispositifs de lavage de main à pédale et une importante quantité d’eau de javel à 4%, d’alcool et de savon liquide.

« Grâce à ces équipements, les différentes opérations et interventions à mener seront rendues plus faciles, plus efficaces et plus sécurisées pour les agents aux points d’entrée » a souligné Idrissa Koné Secrétaire général de l’OCAL qui n’a pas manqué de préciser que « ces équipements et matériels de protection viennent compléter la série d’actions déjà menées dans le cadre du projet Ebola pour accompagner le Bénin dans cet effort de renforcement des capacités des points d’entrée ».

Ce don est un accompagnement palpable de la politique sanitaire du Bénin notamment à ces différentes frontières qui sont des points d’entrée très fréquentés par les voyageurs. La portion pays du corridor Abidjan-Lagos qui traverse le territoire béninois illustre ce fort taux de fréquentation des frontières terrestres du pays. Jonathan Richter, représentant résident de l’USAID/Bénin a par ailleurs souligné que cette remise de matériel « est non seulement un acte tangible, mais aussi symbolique du soutien des Etats-Unis aux efforts du Gouvernement du Bénin dans la lutte contre lesdites maladies, le cadre de la détection, et la riposte aux urgences de santé publique ».

L’Etat du Bénin est le bénéficiaire direct de ce don qui permettra d’assurer également le bien-être des voyageurs qui traversent ce pays. Et pour une utilisation efficiente des équipements reçus, la Centrale d’achat des médicaments essentiels (CAME) en assurera l’approvisionnement et la distribution vers les 11 zones frontalières indiquées. Pour le directeur de cabinet du ministère de la santé du Bénin, « cet appui vient satisfaire un besoin pressant » des services sanitaires frontaliers du pays. Il n’a donc pas manqué d’adresser ses remerciements à l’USAID et à l’OCAL.

L’espace CEDEAO est caractérisé par une politique de libre circulation des personnes et des biens qui facilitent les échanges entre les pays. Il s’agit d’un avantage pour l’économique sous-régional mais aussi un défit énorme en matière de santé pour les 15 pays membres. L’initiative de l’USAID et de l’OCAL mérite d’être reproduit le long des principaux corridors de l’espace CEDEAO pour faciliter la protection des voyageurs et des populations riveraines aux nombreux points de passage frontalier.

SUY Kahofi

Les commentaires sont fermés.