L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La CPI ordonne la libération immédiate de Gbagbo et Blé Goudé

0

Les juges de la chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) se sont déclarés favorables à la libération de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, détenu à La Haye depuis sept ans.

Premier ancien chef d’État à avoir été remis à la Cour, il est jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011 : les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

« La Chambre fait droit aux demandes d’acquittement présentées par Laurent  Gbagbo et de Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, fidèles à M. Gbagbo) concernant l’ensemble des charges retenues contre eux et ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés « , a déclaré le juge président Cuno Tarfusser.

Le Procureur a demandé à ce que la séance soit suspendue car selon lui la procédure n’a pas été suivi : il s’attendait à une décision écrite.

Durant toutes ces années de détention, Laurent Gbagbo a essuyé plusieurs refus lors de ses demandes de libération provisoire mais cette dernière a été la bonne. Au-delà, les charges retenues contre lui seront abandonnées.

« Le procureur n’a pas apporté les preuves de l’existence d’un plan commun ciblant des civils favorables à Alassane Ouattara et qui constituait un crime contre l’humanité » a indiqué a déclaré le juge président.

Pour Issiaka Diaby, il n’y a pas de doute: si Laurent Gbagbo obtient la liberté provisoire, il s’enfuira. « On sait qu’il va disparaître » avait martelé à plusieurs reprises le président du collectif des victimes.

Environ 200 personnes se sont rassemblées lundi à Abidjan pour exprimer leur hostilité à une éventuelle libération.

Pour les partisans de Laurent Gbagbo dont certains ont fait le déplacement à La Haye, c’est un véritable soulagement. Ils sont convaincus depuis le transfèrement de leur leader à La Haye que ce dernier est victime d’un « règlement de compte politique ».

L’affaire Laurent Gbagbo divise encore la société ivoirienne entre les partisans d’un processus de réconciliation avec la libération de Laurent Gbagbo et les partisans de sa condamnation.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

9 − cinq =