L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Le chef de la police jihadiste de Tombouctou devant la CPI pour crimes de guerre

0

L’ancien chef de la police islamique de Tombouctou a fait partie du « règne de la terreur » dans la ville malienne en 2012, selon les procureurs de la CPI. Les avocats d’Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoude ont fait valoir qu’il n’était pas mentalement apte à être jugé par la Cour pénale internationale (CPI), où il a refusé de plaider.

Il était membre d’un groupe militant islamiste qui imposait une loi islamique stricte. Les accusations portées contre lui comprennent la torture et l’esclavage sexuel. Il est également accusé d’avoir dirigé des attaques contre des monuments historiques, notamment des manuscrits anciens et des bâtiments dédiés à l’Islam, que les jihadistes considéraient comme de l’idolâtrie. M. Al Hassan a été remis à la CPI en 2018 par les autorités maliennes – cinq ans après que les troupes françaises aient aidé à libérer Tombouctou des djihadistes.

L’application d’une loi islamique rigoureuse

Il est accusé d’être un membre clé d’Ansar Dine, les militants qui ont occupé Tombouctou en mai 2012 – un des nombreux groupes islamistes à exploiter un soulèvement ethnique touareg de l’époque pour prendre le contrôle de villes du nord du Mali. M. Al Hassan, portant un long kaftan, un turban blanc et un masque facial, s’est levé pour écouter la lecture des 13 charges retenues contre lui le premier jour de son procès de 14 juillet 2020. Lorsqu’on lui a demandé s’il voulait plaider coupable, il a répondu aux 13 chefs d’accusation : « Je ne peux pas répondre à cette question ». Le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, a déclaré à la Cour que le contrôle et la domination d’Ansar Dine sur la ville « était total ». Elle a décrit Tombouctou sous leur domination comme un lieu où « tout était interdit » – y compris la danse, le maquillage et les bijoux pour les femmes et les pantalons longs pour les hommes.

Les femmes pouvaient être punies par des coups de fouet sur place pour avoir enfreint les règles, comme le fait de ne pas porter de gants au marché, a-t-elle déclaré. Elle a souligné que M. Al Hassan avait joué un rôle central dans la police islamique qui exécute les punitions et a raconté l’histoire d’un homme qui s’est fait amputer la main après avoir été accusé de menus larcins. Il est également accusé d’avoir participé à l’assassinat de jeunes filles et de femmes pour les forcer à épouser des militants islamistes.

De nombreux sanctuaires musulmans ont également été détruits sous le règne d’Ansar Dine, qui a duré jusqu’en janvier 2013, lorsque 4 000 soldats français ont été déployés pour aider l’armée malienne à lutter contre les militants qui poussaient vers le sud. Tombouctou est célèbre pour son architecture particulière de boue et de bois. Elle a été un centre d’apprentissage de l’islam entre le XIIIe et le XVIIe siècle et a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1988. Mais les islamistes considèrent comme idolâtres les sanctuaires et les anciens manuscrits de la ville, qui couvrent tout, de l’histoire à l’astronomie. Cependant, certains musulmans, en particulier les soufis, les considèrent comme une partie acceptée du culte musulman.

Al Hassan est seulement la deuxième personne à être jugée par le tribunal pour ses actions pendant la guerre dévastatrice au Mali. L’autre homme, Ahmad al-Faqi al-Mahdi, a plaidé coupable en 2016 de la destruction de neuf mausolées et d’une mosquée, dans la première affaire de profanation culturelle entendue par la CPI. Il a été emprisonné pendant neuf ans, après avoir déclaré qu’il était « vraiment désolé» pour ses actes et demandé pardon. En 2017, les juges de la CPI l’ont condamné à près de 3 millions d’euros de dommages et intérêts.

Ebony T. Chrisrtian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

4 + vingt =