L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Le groupe SIFCA ouvre sa deuxième usine de caoutchouc au Ghana

0

Le groupe SIFCA a ouvert sa deuxième usine de traitement de caoutchouc au Ghana. Une réalisation qui permettra au premier groupe agro-industriel ivoirien de presque doubler la capacité de production de la précédente unité.

L’annonce de l’ouverture de cette deuxième usine a été faite vendredi par Jean-Louis Billon, PDG du groupe SIFCA. La nouvelle usine GREL TBU vient s’ajouter à Ghana Rubber Estates Limited (GREL) et va créer 264 emplois directs en 2020. Le chiffre pourrait être porté jusqu’à 640 emplois directs d’ici 2030. La nouvelle usine du groupe SIFCA au Ghana a la particularité d’intervenir sur toute la chaine de production du caoutchouc naturel.

SIFCA, le plus grand groupe agro-industriel ivoirien, compte environ 32.000 collaborateurs et dispose de 11 filiales dans 6 pays, Ghana, Libéria, Sénégal, Nigeria, France et Côte d’Ivoire.

L’hévéa ne fait plus rêver les paysans ivoiriens

L’usine est en partenariat avec le gouvernement ghanéen, l’Agence Française de Développement (AFD) et l’agence allemande de développement KfW. GREL a investi depuis 1995 près de 60 millions d’euros dans l’assistance de plus de 8.000 planteurs pour la création de 30.000 hectares de plantation de caoutchouc dans le cadre du projet de développement des plantations villageoises.

« La nouvelle usine augmentera la production de Ghana Rubber Estates Limited (GREL) de 70.000 tonnes par an en 2020 à 120 000 tonnes par an en 2030, afin de répondre à la disponibilité croissante des matières premières et à la demande mondiale de caoutchouc transformé », précise Jean-Louis Billon, PDG de SIFCA.

Accaparement de terres à Famienkro : un rapport accablant contre SIAT et le gouvernement ivoirien

La GREL TBU interviendra de la plantation à la transformation en produit brut et à la commercialisation du produit semi-fini. Avec plus de 4.500 emplois directs, GREL opère sur plus de 20.000 hectares et emploie 3.500 salariés qui assistant 9.500 planteurs sur 42.000 hectares dans le cadre de son programme de développement des plantations villageoises.

Traoré Bakhary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × 3 =