L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Le rôle stratégique de la Convention d’Abidjan dans la gouvernance maritime et côtière

0

L’un des principes clés du programme de conservation de la biodiversité en Afrique de l’Ouest financé par l’USAID est de travailler en partenariat avec les institutions régionales partenaires pour renforcer et améliorer leurs capacités. Il s’agit de s’attaquer le plus efficacement possible aux questions environnementales qui sous-tendent leurs mandats de base. L’appui fourni par le biais de ces partenariats est mutuel, car il renforce également les efforts de WA BiCC pour atteindre son objectif d’amélioration de la conservation et d’une croissance résistante au climat et à faibles émissions en Afrique de l’Ouest.

Plus important encore, les partenariats ajoutent de la valeur aux efforts des uns et des autres et contribuent à des objectifs régionaux et mondiaux plus larges, tels que définis dans les objectifs de développement durable des Nations Unies et d’autres accords multilatéraux sur l’environnement relatifs au changement climatique, à la conservation de la biodiversité et à la gestion durable des ressources forestières et côtières.

L’un des principaux partenaires régionaux de WA BiCC est la Convention d’Abidjan, dont le mandat est de favoriser la coopération régionale pour la protection, la gestion et le développement durable de l’environnement marin et côtier de la côte Atlantique, de l’Afrique du Nord à l’Afrique australe. La Convention est un accord-cadre global pour la protection et la gestion de la zone marine et côtière et vise à lutter contre la pollution par les navires, les déversements, les sources terrestres, l’exploration et l’exploitation des fonds marins et la pollution atmosphérique.

Un projet de résilience lancé à Fresco

D’une manière ou d’une autre, d’importantes réalisations ont été accomplies depuis le début de l’engagement entre la Convention d’Abidjan et WA BiCC en 2015, notamment l’élaboration de deux protocoles importants traitant de la gestion durable des mangroves et de la gestion intégrée des zones côtières. WA BiCC a également engagé un conseiller à plein temps pour travailler avec la Convention afin de l’aider à mettre en œuvre les activités, stratégies et plans convenus d’un commun accord.

Pour mieux comprendre l’impact du partenariat en cours, nous nous sommes entretenus avec le Secrétaire exécutif du Secrétariat de la Convention d’Abidjan, M. Abou Bamba (AB).

Q : La Convention d’Abidjan est devenue un acteur mondial clé de la gouvernance des océans et de la conservation de la biodiversité marine et côtière. Comment votre partenariat avec le Programme Biodiversité et Changement Climatique de l’Afrique de l’Ouest (WA BiCC) a-t-il influencé ce positionnement ?

AB : Le partenariat entre la Convention d’Abidjan et WA BiCC nous a beaucoup aidés à remplir notre mission principale. Cet appui a permis de renforcer notre collaboration avec des organisations qui partagent des mandats similaires aux nôtres : la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union du fleuve Mano et le Programme de gestion des zones côtières ouest africaines (WACA) de la Banque mondiale. En outre, ce partenariat a facilité la mise en œuvre de plusieurs activités et a contribué à la mise en place d’outils essentiels, tels qu’une politique régionale de gestion intégrée des océans et des protocoles additionnels sur la gestion intégrée des zones côtières et la gestion durable des écosystèmes de mangrove, renforçant ainsi notre rôle d’acteur majeur et faisant de nous les experts incontournables en matière de gouvernance, gestion et pêche, évaluation des risques et développement durable des côtes.

Q : L’un des principaux objectifs du partenariat est l’élaboration de protocoles. Quelles sont les réalisations en termes de protocoles déjà élaborés et quelles sont les prochaines étapes ?

AB : La gestion de nos écosystèmes est l’une des missions essentielles de la Convention d’Abidjan en raison du rôle important qu’ils jouent dans la nature et l’environnement, comme la protection contre les effets néfastes du changement climatique et la création de moyens de subsistance et de possibilités économiques. Ce rôle crucial a nécessité l’élaboration – avec l’appui de WA BiCC – de deux protocoles additionnels, sur (i) la gestion durable des écosystèmes de mangroves et (ii) la gestion intégrée des zones côtières. Ces protocoles constituent des outils efficaces qui permettront aux Parties à la Convention, ou aux États côtiers de l’Atlantique qui l’ont ratifiée – donc liés par ses objectifs – de mieux valoriser, planifier et gérer leurs riches zones côtières et leurs écosystèmes de mangroves pour le bien-être de leurs populations.

Ahua, terre du sel vert !

Il est important de noter que lors de la dernière Conférence des Parties à la Convention d’Abidjan (COP 12), tenue à Abidjan en 2017, la ratification des protocoles a été au centre des débats et a été approuvée par les Parties, qui les considèrent comme des outils supplémentaires essentiels à utiliser pour promouvoir des politiques et pratiques durables concernant les océans et les côtes. Comme dernière étape de l’élaboration des politiques, nous planifions actuellement une réunion ministérielle, qui facilitera la ratification finale des deux protocoles et ouvrira la voie à leur mise en œuvre.

Q : Vous avez travaillé avec WA BiCC pour établir le Réseau des parlementaires. Pourquoi ce réseau est-il important ?

AB : Le rôle des législateurs dans la conservation, bien qu’extrêmement crucial, est souvent négligé. WA BiCC et la Convention d’Abidjan estiment que les parlementaires devraient être impliqués dans le processus de conservation afin de sensibiliser les législateurs à prendre des mesures complètes, à définir des lois et des politiques et à faire pression pour l’application des lois. Nous avons fait des progrès significatifs jusqu’à présent et nous sommes convaincus que les parlementaires seront des éléments clés de la ratification, de la mise en œuvre et de l’intégration des instruments de la Convention dans les lois nationales – y compris les deux protocoles additionnels. Avec l’aide de WA BiCC, nous avons pu former et sensibiliser les parlementaires des pays du paysage côtier ouest-africain.

Q : WA BiCC a travaillé avec la Convention sur un plan de renforcement institutionnel. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce plan et son impact ?

Pour améliorer l’efficacité dans la mise en œuvre de notre mandat et de notre mission, il était nécessaire de renforcer nos capacités internes et d’établir un plan de renforcement institutionnel (ISP) avec l’aide de WA BiCC. Nous avons élaboré conjointement ce Plan dès le début de notre partenariat et produit une feuille de route dans le cadre d’un processus de revitalisation que la Convention avait déjà amorcé.  Avec cette approche unique en son genre, nous avons convenu (i) de mettre en place un système de suivi et d’évaluation pour mesurer l’impact réel de nos activités et mieux les planifier et (ii) d’améliorer la qualité de nos interventions par la communication pour atteindre nos publics cibles.

Cela va de pair avec la création d’un centre de ressources pour collecter, rassembler, centraliser et diffuser les données existantes et les bases de données géoréférencées dans les 22 pays signataires de la Convention d’Abidjan. En 2017, nous avons rencontré une équipe d’IBM (une société informatique basée aux Etats-Unis) à Dakar, au Sénégal, pour discuter et présenter un projet de plan sur le projet de centre de ressources de la Convention d’Abidjan. Une fois créé, le centre de ressources fournira de l’information sur les questions marines et côtières. Le voyage au Sénégal a également été l’occasion de voir un travail similaire au Sénégal avec le Système national d’information sur l’environnement (SIENA), afin de comprendre le fonctionnement et de tirer des enseignements de leur expérience.

Abou Bamba, Secrétaire exécutif de la Convention d’Abidjan

Q : Vous avez également réorganisé et intensifié vos activités de communication. Comment pensez-vous que cela vous aidera à atteindre vos objectifs ?

AB : La communication est un outil essentiel pour l’obtention de résultats efficaces de tout projet. C’est encore plus pertinent lorsqu’il s’agit d’une activité qui a un impact direct sur l’environnement et la vie des communautés. Sans la mise en œuvre efficace d’une bonne stratégie de communication, l’impact des interventions et des activités peut être considérablement réduit. C’est pourquoi nous privilégions une stratégie de communication bien ciblée afin d’avoir un impact positif sur les populations et de rechercher un changement de comportement pour la préservation et la conservation de la biodiversité marine dans le domaine prioritaire de la Convention.

Une stratégie de communication bien conçue et correctement mise en œuvre permet le partage de l’information et peut conduire non seulement à la sensibilisation des législateurs et des décideurs, mais aussi à la promotion de politiques adéquates et de meilleures pratiques. Heureusement, ce plan de communication a été développé et est mis en œuvre en étroite collaboration avec WA BiCC.

Q : Vous avez parlé de la création d’un centre de ressources qui diffusera des ressources qui ne sont pas disponibles actuellement. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

AB : La Convention existe et est active depuis 37 ans et a accumulé au cours de cette période des ressources inestimables que nous souhaitons mettre à la disposition des experts, des chercheurs, des journalistes, des responsables politiques et du public. Notre objectif est de faire de ce Centre de Ressources un point de référence mondial où tous les matériaux et connaissances liés à la biodiversité marine et côtière seront disponibles. La disponibilité de données scientifiques de qualité est fondamentale pour aider les chercheurs, les décideurs et les scientifiques à mieux comprendre les enjeux liés aux écosystèmes marins et côtiers afin d’élaborer des politiques océaniques adéquates dans la région.

1.400 espèces marines menacées par la pollution plastique des océans

Il est de notre devoir de rester un acteur majeur de l’information scientifique dans nos zones marines et côtières. Par conséquent, nous avions besoin de créer une plate-forme où nous pourrions mettre à disposition la documentation que nous avons recueillie ou développée depuis notre création. Le travail effectué avec WA BiCC avec le soutien d’IBM a été d’une aide précieuse pour évaluer l’importance et les possibilités pour le Centre de ressources de permettre aux pays de la Convention d’Abidjan d’accéder facilement aux informations.

Q : Comment envisagez-vous l’avenir de votre partenariat avec WA BiCC ?

AB : Les principales activités que nous planifions conjointement avec WA BiCC sont liées à l’adoption finale et à l’appropriation au plan national des protocoles. Le processus a été long, mais nous sommes maintenant prêts à présenter aux Parties à la Convention les Protocoles, ainsi que les plans d’action connexes, afin de lancer les processus de ratification et d’adaptation au niveau national. WA BiCC et d’autres partenaires nous soutiendront dans ce processus et organiseront cette réunion ministérielle au cours de laquelle les différents partenaires de la Convention examineront les plans d’action et s’engageront à fournir des ressources pour soutenir leur mise en œuvre.

Une autre initiative digne d’intérêt lancée avec WA BiCC est la création du Partenariat pour la Faune Aquatique d’Abidjan pour lutter contre la consommation de ce que nous appelons les espèces « aquatiques en danger d’extinction, menacées ou protégées » (Aquatic ETP). Ces espèces aquatiques incluent les mammifères marins (comme le Lamantin), les tortues marines, les cétacés, les reptiles (comme les crocodiles), les oiseaux marins et les requins, entre autres. Leur sort est habituellement laissé de côté dans les discussions internationales, car les efforts tendent à se concentrer sur la faune terrestre.

Un million d’espèces menacées d’extinction dans le monde

Nous avons récemment travaillé avec les membres de ce partenariat, qui comprend des organismes gouvernementaux, des organisations internationales et des organisations de la société civile, afin d’établir un plan d’action conjoint pour lutter contre le commerce, la consommation directe, la chasse illégale et les autres utilisations de ces espèces marines, dont la plupart sont illégales en vertu du droit national et international. Nous attendons maintenant avec intérêt son adoption lors de la prochaine Conférence des Parties à la Convention d’Abidjan, et sa mise en œuvre, avec l’aide de WA BiCC et d’autres partenaires.

En vérité, le programme WA BiCC est arrivé à point nommé et a joué un rôle central dans la mise en œuvre de la Convention afin de maximiser nos ressources et nos capacités. Les besoins de la région et le travail de conservation nécessitent davantage de projets comme WA BiCC qui, à son niveau le plus élémentaire, se concentre sur la collaboration et complète les efforts existants plutôt que de partir de zéro ou d’agir isolément. Nous nous réjouissons à la perspective d’une nouvelle année d’atteindre de nouveaux sommets avec notre estimé partenaire.

Source wabicc.org (blog)

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

13 + 7 =