L'actualité ivoirienne sans coloration politique

L’UNESCO sensibilise les journalistes ivoiriens au web

0

Le bureau de l’UNESCO à Abidjan, en partenariat avec MTN Cote d’Ivoire a organisé du 25 au 27 octobre 2017 une formation à l’endroit des journalistes au sein de l’université Felix Houphouët Boigny sur le thème « journalistes exploitez pleinement le potentiel des nouveaux outils liés aux numériques pour le développement de vos médias ».

« Un réseau social a un nombre de caractère qu’il peut prendre, il a un style rédactionnel. On n’écrit pas sur réseau social comme on écrit, dans un journal, on ne diffuse pas une vidéo sur un réseau social comme on la diffuserait à la télévision ou un élément audio comme on le ferait pour la radio donc il y a lieu de s’adapter » a explique Evelyne Déba, chargée de communication du bureau de l’UNESCAO à Abidjan.

Permettre aux journalistes et professionnels des médias d’exploiter pleinement le potentiel des nouveaux outils liés au tic et à internet, assimiler et appliquer les meilleures pratiques d’utilisation des réseaux sociaux, mais également encourager les médias numériques ont été les motivations du bureau de l’UNESCO a Abidjan pour ces renforcements de capacité (formation).

Cette activité rejoint l’un des grands objectifs de l’organisation internationale qui est de de promouvoir la liberté d’expression et ses corolaires, la liberté de la presse et la liberté d’information. Selon Luc Legay formateur a ce programme de renforcement de capacité « tout le monde maintenant peut produire du digital donc le journaliste doit doubler de stratégie, d’intelligence, de tactique pour être plus réactif pour faire son métier afin d’intéresser les internautes ». Il explique que l’on ne peut être un bon journaliste web si l’on n’est pas présent et interactif sur les réseaux sociaux.

« Et ce mouvement il est en permanence en train de se redéfinir » a-t-il précisé. Il explique que L’internaute aujourd’hui a l’impression de tout savoir en temps réel à cause des « partages » qui vont très vite. « Et c’est pour cela aussi que le partage des fausses informations va aussi vite que celui des bonnes informations. Pour ce faire, le journaliste, le métier en tout cas doit se distinguer de l’information purement réseau social participative et de l’information professionnelle ».

Pour Les bénéficiaires de cette formation, elle arrive à point nommée. Ismael Ango, journaliste radio à ISTC Fm. « D’abord il y a eu des acquis et ce sont ces acquis que je vais mettre à profit. Nous avons une plateforme déjà créé sur la page de l’UNESCO que nous pouvons exploiter.  Nous nous ferons fort d’être des journalistes du web surtout des journalistes sociaux ». Quant à Mireille Konan journaliste indépendante audiovisuelle aborde dans le même sens. « J’ai acquis de nouvelle connaissance sur l’utilisation des réseaux sociaux notamment comment me comporter sur la toile cette formation me permettra de voir autrement la direction de ses papiers, atteindre ma cible et être plus proche des internautes ». Cette formation qui s’est déroulée sur 3 jours a regroupées 50 journalistes de tous médias confondus dont 13 femmes.

Raïssa Yao

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.