L'actualité ivoirienne sans coloration politique

L’urgence d’un décret pour réglementer les peintures au plomb

0

Il faut rapidement prendre un décret pour réglementer la production et la commercialisation des peintures au plomb en Côte d’Ivoire. Ce plaidoyer a été réitéré à l’occasion de la semaine internationale pour la prévention de l’intoxication au plomb.  

 Deux études réalisées par l’ONG Jeunes volontaires pour l’environnement (JVE Côte d’Ivoire) en 2013 et 2015 sont formelles. Plus de la moitié des peintures décoratives analysées sur le marché ivoirien ont des concentrations en plomb supérieures de 90 ppm (parties par million), norme internationale établie. Les concentrations de plomb dans certaines peintures sont de l’ordre de 1000 fois supérieures à cette de référence internationale.

Côte d’Ivoire : 60% des peintures dangereuses pour la santé

Vu l’impact de l’exposition au plomb sur la santé des populations, il est indispensable de réglementer les peintures au plomb en Côte d’Ivoire. C’est le plaidoyer réitéré lors de la table ronde organisée par l’ONG JVE le 25 octobre 2018 à la Direction de l’hygiène publique et de la santé environnementale à Cocody-Angré. Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la semaine internationale pour la prévention de l’intoxication au plomb organisée 21 au 27 octobre 2018 par l’Alliance mondiale pour l’élimination des peintures au plomb.

Pour ce faire, un avant-projet de décret pour réglementer les métaux lourds (y compris les peintures au plomb) a été validé en juin 2018 par toutes les parties prenantes.

« Ce qui reste, c’est que ce décret soit signé et vulgarisé. Donc cette table-ronde, c’était pour discuter sur le plan d’action pour pouvoir amener signer rapidement le projet de décret et après vulgariser ce décret qui sera pris », a indiqué Dr Richard M’Bra Kouassi, directeur des programmes de JVE, chargé des questions santé – environnement. Pour lui, il est important que ce texte soit pris « parce que la présence de plomb dans la peinture a un impact très important sur la santé des populations surtout des enfants et des femmes enceintes ».

Le CASE plaide pour l’interdiction des amalgames dentaires

Dominique Kpokro Bally, président du Centre africain pour la santé environnementale (CASE), ajoute qu’il faut adopter ce texte afin d’emmener les industriels à respecter les normes. Ce qui permettra de réduire les maladies liées à l’exposition au plomb dans les peintures.

« Cette décision ne va pas faire de mal aux industriels vu qu’il y a déjà des industries basées en Côte d’Ivoire qui produisent des peintures sans plomb. C’est dire que cela est réalisable », observe-t-il.

« Ce décret, s’il est signé le plus rapidement possible, va permettre à nous organisations de la société civile de continuer à faire du plaidoyer pour que même dans les villages les plus reculés, quand on va repeindre nos maisons, on achète de la peinture de bonne qualité », souligne Dominique Bally. L’adoption de ce décret est donc très attendue.

Anderson Diédri 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dix-huit − un =