L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Non, le barrage de Soubré n’est pas le plus grand de l’Afrique de l’ouest

0

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration de l’aménagement hydroélectrique de Soubré le 2 novembre 2017, plusieurs informations relayées indiquent que le barrage de Soubré est le plus grand de l’Afrique de l’ouest. Eburnie Today a vérifié cette affirmation.

Lors de l’inauguration de l’aménagement hydroélectrique de Soubré (sud-ouest ivoirien) le 2 novembre 2017, l’affirmation selon laquelle le barrage de Soubré est le plus grand de l’Afrique de l’ouest a été relayée. Des intervenants en plateau interrogées lors de la retransmission en direct de cette cérémonie par la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI1) ont déclaré que le barrage de Soubré est « le plus grand de l’Afrique de l’ouest ». A l’issue de la cérémonie d’inauguration, plusieurs médias ont relayé l’information, soutenant également que le barrage de Soubré est le plus grand de l’Afrique de l’ouest. Le quotidien Le Jour Plus a même fait de cette affirmation sa une du 3 novembre 2017 même si dans l’article qui rend compte de l’événement le confrère ne fait aucunement mention du « plus grand de l’Afrique de l’ouest ».

Quel est le rôle des barrages ?

Selon la Commission internationale des grands barrages (CIGB), un grand barrage est un barrage dont la « hauteur est supérieure à 15 mètres, des fondations les plus basses à la crête, ou un barrage dont la hauteur est comprise entre 5 et 15 mètres et qui retient plus de 3 millions de mètres cube d’eau ». Cette organisation non gouvernementale a répertorié dans son registre plus de 55.519 barrages dans le monde. Les barrages peuvent avoir plusieurs rôles : hydroélectrique, approvisionnement en eau des populations, contrôles des crues (inondations), irrigation de l’agriculture, pêche, etc. Ils sont ainsi divisés en deux catégories principales. Il y a les barrages à fonction unique (28.614, soit 48,9% des barrages référencés) et les barrages polyvalents (9.930, soit 17% des barrages).

Répartition des barrages à but unique

« D’après les publications les plus récentes du Registre mondial des grands barrages, l’irrigation est de loin la raison la plus courante pour construire un barrage. Parmi les barrages à but unique, 48% sont pour l’irrigation, 17% pour l’hydroélectricité, 13% l’approvisionnement en eau, 10% pour le contrôle des crues, 5% pour les loisirs et moins de 1% pour la navigation et la pisciculture », écrit sur son site la Commission internationale des grands barrages. Cette organisation soutient que les usines de production d’énergie hydroélectrique ont une capacité mondiale combinée de 675.000 mégawatts (MW) et produisent 2,3 trillions de kilowatts d’électricité par heure (Kwh), « approvisionnant 24% des besoins en électricité mondiaux ». La CIGB estime que « l’électricité générée par les barrages est de loin la plus grande source d’énergie renouvelable au monde. Plus de 90% de l’électricité renouvelable du monde provient des barrages ».

Le barrage de Soubré est-il le plus grand de l’Afrique de l’ouest ?

Selon Jérôme Koundouno, coordonnateur régional de Global Water Initiative (GWI) à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), « il y a beaucoup de critères à prendre en compte pour comparer deux infrastructures : puissance installée, électricité produite sur un an, taille de la digue, volume du réservoir, etc. ».

En effet, le barrage de Soubré a une puissance installée de 275 MW, la surface du lac de retenue fait 17,3 Km2 avec un réservoir dont le volume est de 83 millions m3. C’est le plus grand de la Côte d’Ivoire. La base de la FAO appelée Aquastat – avec des informations actualisées – est une source ouverte (open data) qui fournit des statistiques sur les barrages dans le monde et permet de comparer les caractéristiques de ces infrastructures hydroélectriques en Afrique de l’ouest. Par exemple, le barrage de Bui au Ghana, avec une hauteur de 90 mètres, a une puissance de 399 MW. Le volume de son réservoir fait environ 12,6 milliards m3 et la surface du réservoir fait 444 km2. Le barrage d’Akosombo, au Ghana également, a une puissance de 1 020 MW, c’est plus de 3 fois la capacité du barrage de Soubré. La surface de son réservoir est de 8.502 km2 et le volume de son réservoir est de 148 milliards m3, ce qui le place au 5ème rang mondial selon le classement par capacité de la retenue établi par la Commission internationale des grands barrages. Ce barrage a une hauteur de 111 mètres.

Au Nigéria aussi, on note d’autres grandes infrastructures hydroélectriques. Le barrage de Kainji, d’une hauteur de 79 mètres, a une puissance de 760 MW. Le volume du réservoir est de 15 milliards m3 et la superficie du réservoir est de 1 300 km2. Le barrage de Jebba, toujours au Nigéria, produit 578,4 MW. Avec une hauteur de 40 mètres, ce barrage a un réservoir dont la capacité est de 3,6 milliards m3 et dont la superficie fait 360 km2. Cette liste n’est pas exhaustive mais ces barrages en Afrique de l’ouest permettent de faire une comparaison avec les caractéristiques de l’aménagement hydroélectriques de Soubré.

Le barrage d’Akosombo est le plus puissant d’Afrique de l’ouest
La surface du lac de retenue du barrage d’Akosombo est le plus vaste d’Afrique de l’ouest
Le volume du réservoir du lac de retenue du barrage d’Akosombo est le plus important d’Afrique de l’ouest

Conclusion

La base de données Aquastat de la FAO et les informations fournies par exemple par la Commission internationale des grands barrages montrent que les barrages de Bui et d’Akosombo au Ghana et les barrages de Kainji et de Jebba au Nigéria sont plus grands que le barrage de Soubré. En conclusion, l’affirmation selon laquelle le barrage de Soubré est le plus grand de l’Afrique de l’ouest est fausse.

Anderson Diédri

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.