L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Peu d’établissements de tourisme en règle à Cocody

0

Seulement 36 hôtels, bars et maquis sont en règle sur les quelques 411 établissements de tourisme sont en règle dans la Commune de Cocody. C’est le constat fait par l’inspection générale du ministère ivoirien du tourisme et des loisirs au terme d’un contrôle dans la commune présidentielle.

Toutes les activités liées à l’hôtellerie, à la restauration et les activités assimilées telles que les agences de voyage et de locations de véhicules ainsi que les entreprises de guides touristiques en Côte d’Ivoire feront l’objet d’un contrôle par le ministère ivoirien du tourisme et des loisirs.

La décision a été prise il y a quelques mois par ce département ministériel qui vient d’achever les inspections d’usage dans les communes de Cocody, celle du Plateau (centre des affaires) et Bingerville. Le contrôle de tous les autres établissements de tourisme de la Côte d’Ivoire devrait s’achever le 30 septembre prochain. Au-delà de cette date, les établissements de tourisme qui ne sont pas en règle seront tous fermés.

« L’inspecteur général du tourisme sur rapport de ses quelques 200 agents assermentés sur le terrain, fait ressortir en guise des données statistiques, à Cocody par exemple, sur 411 établissements visités, seulement 36 seulement sont en règle… Après le 30 septembre, délai de rigueur, ces établissements seront fermés », prévient une note qui cite l’inspecteur général du ministère du tourisme et des loisirs, Pascal Mahan.

Selon le ministère du tourisme, seulement 1/4 des contrevenants a répondu à la convocation de l’inspection générale. En attendant les communes d’Abobo, d’Adjamé, d’Anyama et d’Attécoubé dans le district d’Abidjan, cette opération de contrôle se poursuit dans les communes d’Abidjan-sud (Koumassi, Marcory, Treichville et Port-Boüet) et s’étendront même à la cité balnéaire de Grand-Bassam.

« En ce concerne l’intérieur du pays, les services du ministère du tourisme et des loisirs relèvent qu’actuellement, ce sont respectivement 65 établissements qui font l’objet d’inspection et de contrôle à Bouaké, 160 à Yamoussoukro, 100 à Korhogo et 103 à San-Pedro », indique par ailleurs, le texte.

« Tous les contrevenants sont passibles de poursuites de même que ceux qui font entrave à la mission des agents assermentés. Avec à la clé des peines d’emprisonnement allant de 3 mois à 3 ans d’emprisonnement assorties d’amendes pécuniaires », conclut la note.

Le ministère du tourisme et des loisirs de Côte d’Ivoire a précisé à Eburnie Today que son champ d’inspection est assez large et inclut plusieurs types d’espaces et d’activité. Ainsi dans la restauration et les loisirs les night-clubs maquis, bars, cafés, glaciers, salons de thé et restaurant doivent s’attendre à recevoir la visite des inspecteurs.

Traoré Bakary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

deux × cinq =