L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Que savons-nous de la nouvelle épidémie d’Ebola en Guinée ?

0

La Guinée a déclaré une nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola, une première depuis la fin de la grande épidémie de 2013-2016 qui avait aussi touché le Libéria et la Sierra Leone.

Les tests pratiqués par les autorités sanitaires guinéennes confirment qu’il s’agit bien de la maladie à virus Ebola. Elles indiquent que les enquêtes sanitaires réalisées suite au décès d’une infirmière le 28 janvier 2021 qui travaillait dans le centre de santé à Goueké, près de la ville de Nzérékoré, ont permis de remonter la piste d’une contamination lors d’un enterrement communautaire.

Six personnes ayant assisté aux funérailles ont fait cas de symptômes typiques à la maladie à savoir la diarrhée, des vomissements et des saignements. Au-delà de l’infirmière, deux autres personnes ont déjà perdu la vie et quatre autres bénéficient de soin dans des structures sanitaires.

« Il est très préoccupant de voir la résurgence du virus Ebola en Guinée, un pays qui a déjà tant souffert de la maladie. Toutefois, en s’appuyant sur l’expertise et l’expérience acquises lors de la précédente épidémie, les équipes sanitaires guinéennes sont en train de retracer rapidement le trajet du virus afin de freiner d’autres infections », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique.

Elle a souligné que l’OMS entend appuyer les autorités guinéennes pour « mettre en place des structures de dépistage, de recherche des contacts et de traitement et pour accélérer la réponse globale ».

Quelle a été la réponse des autorités guinéennes ?

Des journalistes guinéens contactés par Eburnie Today attestent qu’une réunion de crise a été organisée dimanche [14 février NDLR] par le ministère de la santé du pays. Il ressort des échanges que tous les cas contacts ou présumés avaient été isolés. Toutes les personnes infectées lors des funérailles de l’infirmière avaient plus de 25 ans. Les autorités sanitaires guinéennes ont aussi précisé que la recherche des contacts était en cours. Elles ont annoncé la création d’un centre de traitement à Goueké.

Il existe un vaccin efficace contre Ebola (photo CC)

Ebola peut-il être maitrisé plus rapidement ?

Entre 2013 et 2016, plus de 11 000 personnes sont mortes lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest principalement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Cette épidémie qui fut l’une des plus meurtrières a sonné le début d’une ère de recherche plus poussée d’un vaccin contre la maladie. En Guinée, le VSV-Ebov, un vaccin contre le virus Ebola a été testé pendant quatre mois en 2015 et s’est avéré efficace.

4000 personnes en contact avec des malades ont participé à l’essai à l’époque. L’existence d’un vaccin et de plusieurs autres protocoles de soin peuvent être des moyens efficaces de contrer la maladie à condition d’identifier les cas et les contacts. L’initiative GAVI dispose d’un stock mondial d’urgence de 500 000 doses de vaccin contre Ebola. La Guinée pourrait en bénéficier afin de circonscrire la maladie.

Des craintes dans les pays voisins ?

L’épidémie d’Ebola qui a durement touché l’Afrique de l’Ouest a fait 11 000 morts pour 28 000 cas confirmés. La Guinée a été identifiée comme le pays où la maladie a commencé avant de toucher la Sierra Leone et le Liberia. Cette nouvelle épidémie signalée à Goueké, près de la ville de Nzérékoré en Guinée forestière est une zone frontalière proche du Libéria et de la Côte d’Ivoire.

Pour accroître la surveillance sanitaire « l’OMS a établi des contacts avec la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et d’autres pays à risque de la sous-région » précise l’agence des Nations Unies pour la santé. Le Liberia et la Sierra Leone ont été invité à renforcer la surveillance sanitaire dans leurs districts frontaliers à la Guinée.

Suy Kahofi

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quatre × un =