L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Quels liens entre le coronavirus et consommation de viande de brousse ?

0

Wuhan, la capitale de la province de Hubei sur les bords du fleuve Yangtsé en Chine, est l’épicentre de cette pandémie qui depuis décembre 2019 a contaminé des millions de personnes et fait des dizaines de milliers de morts dans le monde entier.

Considéré comme une simple alerte sanitaire, le COVID-19, le nom scientifique trouvé à cette pandémie s’est propagé à la vitesse de l’éclair partout dans le monde entier. A ce jour, plus de 185 pays sont touchés ; bouleversant ainsi les habitudes des uns et des autres avec la moitié de l’humanité confinée et une économie mondiale à l’arrêt.

D’où sort le coronavirus ?

Tout porte à croire que le patient zéro de cette épidémie a été contaminé au grand marché de Wuhan où des ventes de nombreux animaux sauvages avaient lieu, selon Gao Fu, le directeur du Centre Chinois de Contrôle et de Prévention des Maladies. Mais ce dernier, lors d’une conférence de presse organisée à Pékin le 22 janvier dernier, n’a pu affirmer avec certitude si du gibier était à l’origine de l’épidémie. En revanche, des scientifiques chinois issus de l’Université d’Agriculture de Chine du Sud, la province du Guangdong, soupçonne le pangolin d’avoir été une courroie de transmission entre la chauve-souris et l’homme.  Déjà on estime à plus de 2 millions de personnes contaminées officiellement dans le monde. Des analyses génétiques faites par les scientifiques chinois ont montré que la partie mutée auprès des chauves-souris dans les pangolins, et cette partie de 99% pareil qu’avec les Hommes.

11 candidats-vaccins contre le coronavirus Covid-19

Comme nous le constatons tous, aucune étude n’a clairement établi le lien entre les animaux sauvages et le COVID-19. Mais pour plus de prudence, les experts scientifiques ont appelé à l’interdiction de la viande de brousse quelque nature que ce soit. La Chine l’a aussitôt appliquée et poursuivi toute personne indélicate. La Côte d’Ivoire à travers le Ministère des Eaux et Forêts a suivi dans la foulée. Cependant fort est de constater que certaines personnes n’ont que faire de cette interdiction ; et continuent la consommation de la viande de brousse.

Alerté, une équipe composée des forces de l’ordre issue de la Direction Autonome d’Abidjan dirigées par le Lieutenant-Colonel N’Guessan Alain se sont dépêchées sur un marché de vente de la viande brousse par excellence basé à Yopougon le 13 février dernier pour procéder à la saisie de 434 kilogrammes de produits fauniques. Selon le communiqué des Eaux et Forêts, cette quantité représente 154 carcasses d’animaux dont 2 vipères, 26 rats, 5 rats palmistes, 2 mangoustes, 11 hérissons, 19 aulacodes, 2 civettes, 2 lapins, 2 guibs harnachés, 13 céphalopodes à flanc roux, 1 pangolin, 12 pintades de brousse, 54 perdrix.

Le ministère des eaux et forêts engagé dans la lutte contre le coronavirus

En plus de ces actions de répressions, les actions en faveur d’une sensibilisation des populations sont de mise. Le lundi 23 mars 2020 à Arrah, l’une des zones où la viande de brousse circule, une sensibilisation a eu lieu envers des tenanciers de maquis et de restaurants de la commune d’Arrah. Un seul point à l’ordre du jour : le respect de la mesure interdisant la consommation de la viande de brousse. Le Lieutenant Soro, le chef qui conduisait l’opération à Arrah a ordonné l’incinération de stocks de viandes à la disposition des maquis et restaurants de la commune.

En outre, il a exhorté l’assistance à signaler tout cas de signe de la maladie dans leur entourage et à se rendre à l’hôpital pour une prise en charge. Le mot d’ordre est de ne pas céder à la panique, mais de rester vigilant tout en rappelant à ses interlocuteurs la présence effective de la maladie sur le territoire ivoirien avec plusieurs cas détectés. La pandémie est sérieuse, et l’Etat veut l’éliminer complètement à travers les différents dons des structures étatiques. Sur cet élan de don, le Ministère des Eaux et Forêts n’est pas resté en marge.  Alain-Richard Donwahi, le ministre de tutelle a procédé lundi 20 avril à une remise de dons composés de savon liquide, gel hydroalcoolique, de sceaux de robinets, de masques.

CERCOM Eagle

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

10 − 1 =