L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Règlement bois de l’UE : l’ONG AVSI forme les professionnels du secteur

0

Du 24 au 25 avril, l’ONG AVIS (Association des volontaires pour le service international) a conduit un atelier de formation à destination des professionnels du secteur bois en Côte d’Ivoire. L’objectif de cette rencontre était de mieux faire connaitre aux acteurs les concepts de développement durable, de certification forestière et de règlement bois de l’Union Européenne (UE).

La Côte d’Ivoire est-elle encore un pays forestier ? La question mérite d’être posée dans la mesure où sur ses 322.462 km2 de superficie, la forêt ne couvre que 11% de ce territoire ! Moins d’un million d’hectare de forêt pour un pays qui comptait 16 millions d’hectare au lendemain de son indépendance en 1960. Ce qui reste de la forêt en Côte d’Ivoire est sérieusement agressée par plusieurs fléaux dont le plus important reste la déforestation et son corollaire de trafic de toute sorte notamment celui du bois.

Parce que chaque hectare de forêt mérite d’être protégé, la Côte d’Ivoire a décidé de s’engager pour freiner la destruction de son couvert forestier. Parmi les différentes initiatives auxquelles le pays est Etat-parti, APV-FLEGT (Forest Law Enforcement, Governance and Trade) avec l’Union Européenne depuis 2013. Ce processus vise à renforcer l’application des réglementations forestières, l’amélioration de la gouvernance forestière et la mise en place d’un cadre favorable pour le commerce légal du bois et ses produits.

Il est donc important d’informer et de sensibiliser les acteurs engagés dans la protection de l’environnement et ceux utilisant les produits forestiers sur les différentes implications de l’initiative APV-FLEGT. C’est bien ce qui justifie le Projet intitulé « Promotion de la légalité et des bonnes pratiques en matière de gestion durable par la mise en place d’un cadre d’échange et formation entre les clients de l’UE, les exportateurs et les Petites et Moyennes Entreprises ivoiriennes ».

« Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme FAO-UE-FLEGT qui est financé par l’Union Européenne avec une contribution de la Suède et de l’Angleterre. Notre cible est composée des exportateurs, des industriels du bois, des PME, des artisans menuisiers, les groupements syndicaux et tous les acteurs qui travaillent pour une bonne gestion des ressources forestières » nous explique Ayemou Laurent, gestionnaire de programme à AVSI.

Au cours des 48 heures de formation, 4 principales sessions ont meublé les échanges. Le programme FLEGT et les APV, le développement durable, le règlement bois de l’UE et la certification forestière. Ce projet de formation vise à rendre les acteurs du secteur bois en Côte d’Ivoire plus soucieux de la préservation des ressources forestières et à faire d’eux des citoyens engagés pour la défense de la forêt. Au-delà, ces professionnels seront aussi des acteurs opposés à l’utilisation du bois illégal et au gaspillage.

Voici pourquoi le projet a créé le contact entre deux artisans italiens d’une quarantaine d’année d’expérience et leurs homologues ivoiriens. 80 artisans menuisiers ont été formés aux techniques d’utilisation optimale du bois. En retour, 4 artisans menuisiers ivoiriens iront en Italie pour un stage afin de mieux s’imprégner des techniques de gestion et de protection des ressources forestière.

L’atelier de formation qui s’est déroulé les 24 et 25 avril 2017 vise une centaine d’acteurs dont 50 à Abidjan et 50 autres à l’intérieur du pays. Pour cette deuxième vague, AVSI organisera les 27 et 28 avril 2017 un autre atelier de formation dans la cité portuaire de San-Pedro.

En maintenant l’élan de la formation et de la sensibilisation, AVSI reste convaincu qu’il est encore possible de sauver la forêt ivoirienne à travers une utilisation responsable des ressources, la lutte contre le trafic des essences et un processus de reboisement plus poussé.

Notons que l’Association des volontaires pour le service international (AVSI) est présente en Côte d’Ivoire depuis 2009. L’ONG pilote plusieurs projets dans les domaines de la nutrition, la protection des ressources naturelles et la forêt, l’alimentation, la protection des droits de l’homme et des enfants.

SUY Kahofi

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

14 − deux =