L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Santé/VIH-SIDA : ouverture de la 19ème ICASA à Abidjan

0

La 19ème Conférence internationale sur le SIDA et les infections sexuellement transmissibles en Afrique s’est ouverte ce 04 décembre 2017 à Abidjan. La cérémonie marquant le début des travaux a été présidée par le Chef de l’Etat Ivoirien.

Entre 7.000 et 10.000 participants sont attendus à Abidjan durant cette semaine consacrée à la 19ème édition de l’ICASA. Chercheurs, scientifiques, décideurs politiques, acteurs de la société civile, personnes vivant avec le VIH, ministres de la santé et quelques chefs d’Etat viendront contribuer à la réflexion et aux échanges visant à adopter de nouvelles stratégies pour lutter plus efficacement contre le VIH-SIDA en Afrique.

Lors de la cérémonie d’ouverture, Raymonde Goudou Coffie, le ministre ivoirien de la santé a indiqué que « la santé est un droit et l’élimination du VIH-SIDA est un devoir ». Une affirmation qui est un appel adressé aux participants venus d’Afrique et du monde afin que chacun puisse jouer sa partition pour l’élimination d’une pandémie qui endeuille chaque année des milliers de familles à travers le monde. L’Afrique a besoin de s’engager pour un meilleur accès des malades aux soins de santé de qualité et notamment les ARV qui ne sont toujours pas accessibles à plusieurs millions d’africains vivants avec le VIH.

Il faut donc plus d’engagement de la part des Gouvernements dans la lutte contre le VIH-SIDA au niveau de la prise en charge des malades mais aussi de la sensibilisation des populations notamment les jeunes. Voici pourquoi Michel Sidibé, le directeur exécutif d’ONUSIDA a souligné que les Etats africains doivent agir « différemment pour protéger la jeune génération ». Cela implique donc des campagnes de sensibilisation et de dépistage plus accrues à l’intention des jeunes. Le Président Ivoirien, lors de son allocution d’ouverture de l’ICASA 2017, a indiqué que la Côte d’Ivoire va investir 21 milliards de f CFA sur la période 2018 à 2020 pour réduire le taux d’infection du VIH à 2,6 à 1 %. Un objectif certes ambitieux mais qui selon le président Alassane Ouattara s’inscrit dans la droite ligne du combat déjà engagé par la Côte d’Ivoire depuis les années 1980.

« Notre pays a été l’un des premiers en Afrique à s’être courageusement et résolument engagé contre le SIDA. Dès 1987 par le développement d’une politique nationale de traitement des maladies opportunistes tuberculose, zona, hépatite. Et cette même année, la Côte d’Ivoire était l’un des quatre pays dans le monde à développer l’initiative ONUSIDA visant à améliorer l’accès aux médicaments par les personnes infectées » a-t-il précisé.

La lutte contre le VIH-SIDA en Afrique nécessite un investissement financier que les Etats de façon isolée ne pourront à eux seuls couvrir. L’appui des partenaires techniques et financiers que sont le PEPFAR, l’USAID, l’UNICEF, l’UNFPA, l’OMS ou la Banque mondiale reste important pour le continent. La Conférence internationale sur le SIDA et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA) qui s’est ouvert ce 04 décembre 2017 au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan sera sans doute un moment clé pour se pencher sur le financement de la lutte contre le VIH-SIDA en Afrique.

SUY Kahofi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.