L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Sommet UA-UE : une brigade de lutte contre l’immigration irrégulière annoncée

0

Le 5ème sommet Union Africaine-Union Européenne ouvert le mercredi 29 novembre 2017 à Abidjan a pris fin ce jeudi 30 novembre. L’une des recommandations majeures est de lutter efficacement contre les réseaux qui favorisant l’immigration irrégulière, moyen de plus en plus utilisé par de milliers de jeunes africains pour rejoindre l’Europe en quête d’un lendemain meilleur.

« Les différents pays doivent mettre en place des forces spéciales charger de lutter uniquement contre le trafic d’êtres humains », a annoncé le professeur Alpha Condé, président de la Guinée-Conakry, par ailleurs président en exercice de l’Union Africaine.

Avant, il a également évoqué la mise en place d’une commission – qui se chargerait de cette question migratoire mais aussi de la poursuite des trafiquants d’êtres humains pour crime contre l’humanité, sous la houlette de la Commission des droits de l’homme de l’Union Africaine et soutenue par l’Union Européenne.

Bon nombre de jeunes subsahariens, voulant regagner l’Europe en quête d’un eldorado, passent par le désert afin de rejoindre la Libye puis l’occident par la méditerranée. Mais une fois en territoire libyen, plusieurs d’entre eux sont vendus et réduits à l’esclavage, voire tués dans un pays où certains parlent de trafics d’organes humains.

Pour Moussa Faki président de la Commission africaine, il faut agir en urgence pour démanteler ces réseaux : « Il y a des représentants de ces réseaux criminels et de ces trafiquants qui se trouvent aussi bien en Libye que dans d’autres Etats africains aussi qu’en Europe ». Il souligne que « pour lutter contre un phénomène de cette nature, il faut nécessairement une coopération en matière de renseignement et de police ». Mais pour le moment, l’urgence est de ramener dans leurs pays d’origine plus de 3 800 migrants venant principalement d’Afrique de l’ouest, actuellement dans un camp qu’a visité la chargée des relations sociales de l’Union Africaine la semaine dernière.

Le président de la Commission africaine a mentionné qu’il fallait identifier les responsables de ces réseaux de trafics, les priver de ressources et les traduire en justice. Ce qui est également l’avis de Jean-Claude Junker, président de la Commission de l’Union Européenne : « je rappelle mon appel à apporter des sanctions sur les trafiquants, ceux qui se livrent à ta traite d’êtres humains ».

A ce jour, c’est entre 400 000 et 700 000 migrants en situation de détresse en Libye repartis dans au moins 42 camps. Le sommet UA-UE qui s’est déroulé sur les bords de la lagune Ebrié sur le thème « investir dans la jeunesse pour un avenir durable » est la première en Afrique. Le prochain est prévu pour 2021.

Raïssa Yao

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.