L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Un nouveau gouvernement en Côte d’Ivoire

0

Le nouveau gouvernement ivoirien compte 41 membres. Il a été nommé mardi par le président ivoirien Alassane Ouattara.

C’est un gouvernement ouvert aux personnalités favorables au projet de parti unifié, pléthorique pour certains ivoiriens et qui aura la responsabilité de conduire le pays aux élections qui débutent d’ici la fin de l’année pour s’achever avec la présidentielle de 2020. La nouvelle équipe gouvernementale compte 41 ministres et secrétaires d’Etat, contre 34 pour le précédent. Il n’y a cependant pas de grand changement en ce qui concerne les postes clés.

Au compteur des barons du RDR qui gardent leurs fauteuils figure Amadou Gon Coulibaly comme Premier ministre, Hamed Bakayoko à la Défense, Marcel Amon Tanoh aux Affaires étrangères et Kandia Kamara à l’Education Nationale. Favorable au projet de parti unifié, Albert Toikeusse Mabri, le président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), est de retour avec le portefeuille de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Un RHDP sans le PDCI

Bien que le président Henri Konan Bédié n’ait pas ‘officiellement’ proposé des ministres au nom du PDCI, certains cadres du vieux parti restent à leurs postes ou font leur entrée au sein du gouvernement. Kobenan Kouassi Adjoumani qui a lancé un mouvement dissident pro-RHDP à l’intérieur du PDCI, conserve son portefeuille des Ressources animales et halieutiques. Alassane Ouattara a aussi gardé au gouvernement tous les ministres PDCI qui se sont déclarés favorables au RHDP. Toujours venant du PDCI, le gouvernement enregistre l’entrée d’un vice-président du parti en la personne d’Eugène Aouélé Aka, comme ministre de la Santé.

Ce gouvernement prendra fonction sous fond de tension entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié. Une tension politique née du refus du sphinx de Daoukro et du PDCI de s’engager pour la concrétisation du parti unifié. Cette opposition à la création du parti unifié a provoqué une crise au sein de la coalition au pouvoir et qui a conduit à la dissolution du gouvernement. Henri Konan Bédié et le PDCI réclame à Alassane Ouattara et au RDR un retour d’ascenseur pour la présidentielle de 2020.

Dans le schéma du PDCI, le RDR doit s’engager à soutenir un candidat unique issu de ses rangs après le soutien du PDCI à Alassane Ouattara aux scrutins de 2010 et de 2015. Le RDR ne semble pas épouser cette logique et milite plutôt pour un parti unifié sous la bannière du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

6 + 20 =