L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Un projet de résilience lancé à Fresco

0

Le Programme pour la Biodiversité et le Changement Climatique en Afrique de l’Ouest (WA BiCC), l’ONG Impactum et la Convention d’Abidjan ont procédé mercredi 13 février au lancement des activités du projet ‘Renforcement de la résilience dans le paysage côtier de Fresco’. Il s’agit d’une initiative visant à permettre aux populations locales de faire face aux effets du réchauffement climatique.

Dans la localité de Fresco située à un peu plus de 200 km d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne, la réalité du réchauffement climatique n’est pas une simple vue de l’esprit. Au quotidien, les populations font face notamment à l’avancée de la mer, l’une des conséquences de la hausse globale de la température de la terre. Les habitants de cette cité côtière connaissent depuis des années les effets de la montée du niveau de l’océan sur leurs activités socio-économiques. Aussi, lorsque l’ONG Impactum et WA BiCC ont décidé de lancer la phase pratique du projet de résilience du paysage côtier, se sont toutes les populations, avec à leurs têtes les élus locaux qui ont fait le déplacement à l’hôtel de ville de la commune.

Le maire de Fresco s’est réjoui du choix de sa ville pour la conduite d’un projet qui sera bénéfique aux habitants.

« Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil sur notre environnement immédiat et marin pour voir que nous subissons dangereusement l’érosion de nos côtes, la destruction de la mangrove et la rareté des ressources halieutiques » Fulbert Beugrefoh.

Le projet ‘Renforcement de la résilience dans le paysage côtier de Fresco’ inclut une série d’activités. Il s’agit entre autres de la restauration de la mangrove et des forêts des hauts plateaux, la promotion de techniques d’agroforesterie et l’accès des pêcheurs aux outils qui leur permettront de gérer les ressources dans l’estuaire de la Lagune de manière durable.

Les populations côtières seront les bénéficiaires de ce projet

Selon Stephen Kelleher, chef de programme à WA BiCC, le projet dont bénéficie Fresco sur une période d’un an prend en compte deux des trois composantes clés du programme pour la biodiversité et le changement climatique en Afrique de l’ouest.

« Combattre le trafic des espèces sauvages, accroître la résilience côtière et réduire la déforestation, la dégradation de la forêt et la perte de biodiversité » a-t-il précisé.

Son souhait, c’est que les habitants de Fresco s’impliquent effectivement dans l’exécution du projet seul gage de sa réussite. Un appel amplifié par le secrétaire général de préfecture de Fresco Abo Koffi Gérôme qui a rappelé que les premiers bénéficiaires de ce projet sont les populations locales. Il a indiqué que la corrélation entre la qualité du cadre de vie et le développement des activités génératrices de revenus n’est plus à démontrer. Fresco avec un environnement mieux protégé, une mangrove régénérée et des forêts préservées pourrait développer plusieurs activités dont celles liées au tourisme.

Le projet ‘Renforcement de la résilience dans le paysage côtier de Fresco’ qui bénéficie d’un financement de l’USAID ne vient pas à lui seul résoudre tous les problèmes identifiés lors des différentes études menées par WA BiCC et plusieurs autres ONG. Pour Marc Daubrey, président de l’ONG Impactum, l’initiative qui sera menée en collaboration avec le gouvernement ivoirien pour le bénéficie des communautés locales, « vise à contribuer à la pérennisation des moyens d’existence des populations locales tout en améliorant la résilience communautaire face aux effets du réchauffement climatique ».

La journée de lancement du projet a été marquée notamment par un atelier qui a permis de partager avec les principaux acteurs les conclusions des études sur le réchauffement climatique à Fresco, de passer en revue le processus de mise en œuvre du projet et de prendre en compte les préoccupations des communautés. Une visite de terrain a aussi été organisée pour permettre aux partenaires de toucher du doigt la réalité de la montée de la mer à Fresco et son impact sur la vie des populations locales.

SUY Kahofi

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

cinq × 3 =