L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Une association de victimes de la crise ivoirienne opposée au retour de Gbagbo

0

Le collectif des victimes de Côte d’Ivoire (CVCI), une association de victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 dit s’opposer à un éventuel retour du président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.

Cette sortie face à la presse intervient après l’assouplissement de la liberté conditionnelle du président Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale (CPI). Dans l’attente de leurs procès en appel, la CPI a annoncé jeudi autoriser sous conditions MM. Gbagbo et Blé Goudé à quitter les pays où ils sont assignés à résidence (respectivement la Belgique et les Pays-Bas), depuis leur acquittement en 2019 d’accusations de crimes contre l’humanité. Ces potentiels pays doivent notamment accepter au préalable de les recevoir, rendant incertain un retour immédiat en Côte d’Ivoire.

Vendredi, le Front populaire ivoirien (FPI) fondé par l’ex-président Laurent Gbagbo a appelé le président Alassane Ouattara au « dialogue » afin de permettre le retour de M. Gbagbo en Côte d’Ivoire. Un retour de Blé Goudé et Laurent Gbagbo soulève des interrogations car début novembre 2019, la justice ivoirienne a condamné en appel M. Gbagbo par contumace à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest pendant la crise post-électorale. Quant à Blé Goudé, il a été condamné en décembre 2019 à 20 ans de prison pour des crimes commis pendant la crise.

Laurent Gbagbo libre de ‘ses mouvements’

Le CVCI a fait part lundi à Yopougon de son « opposition énergique » au retour du président du FPI. Le collectif des victimes de Côte d’Ivoire « informe (…) de son opposition énergique quant à une quelconque désignation de l’Etat de Côte d’Ivoire (…) pour accueillir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sur son sol en exécution de la décision du 28 mai 2020 de la Chambre d’Appel de CPI », a déclaré Issiaka Diaby, son président.

Le CVCI « interpelle la Cour Pénale Internationale sur ses dettes envers les victimes, la garantie de non répétition des actes de commission de crimes de masse, un environnement de justice et de paix envers l’ensemble des populations ivoiriennes » et « sur la nécessité évidente de casser la décision d’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ». Le collectif appelle la CPI à ouvrir « un nouveau procès devant une nouvelle Chambre aux fins de satisfaire  les besoins des victimes ».

La rédaction

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dix-sept − six =