L'actualité ivoirienne sans coloration politique

VIH-SIDA : l’Objectif 90-90-90 dans le contexte ivoirien

0

L’Objectif 90-90-90 est « une cible ambitieuse de traitement pour aider à mettre fin à l’épidémie du SIDA ». Cette stratégie des Nations Unies a pour but de mettre fin au règne de l’ignorance autour du VIH et à ne plus laisser la maladie entraîner le patient vers la mort ou un risque de contamination.

L’Objectif 90-90-90 résume bien l’esprit de la lutte contre VIH-SIDA à travers le monde. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que d’ici 2030 le monde peut arriver à vaincre le VIH a condition que chaque pays adopte des politique favorisant le dépistage gratuit et la prise en charge des malades. Ainsi, à l’horizon 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90 % de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable et 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale (CV) durablement supprimée. Avec une CV indétectable dès l’horizon 2020, c’est le risque de nouvelle infection qui devient quasi impossible.

A travers le monde, de nombreux pays se donnent les moyens de réaliser l’Objectif 90-90-90 et la Côte d’Ivoire n’est pas en reste puisque la pandémie du VIH-SIDA n’épargne pas le pays. Selon le ministre ivoirienne de la Santé et de l’hygiène publique, Raymonde Goudou Coffie, la Côte d’Ivoire enregistre 460.000 personnes infectées par le VIH-SIDA dont 56,5% de femmes et 4,3%. 25.000 nouvelles infections par le VIH sont survenues en Côte d’Ivoire dont 16% chez les enfants ce qui représente une baisse de 68% de 2000 à 2016 (statistiques officielles de 2016).

« Le nombre de décès liés au sida s’est quant à lui établi à 25.000 dont 8% d’enfants, soit une baisse de 43% entre 2000 et 2016. Chez les femmes enceintes, le taux de positivité VIH est passé de 3,8% en 2012 à 1,2% en 2016, soit une baisse de 68% » a-t-elle précisé lors de la célébration de la 30ème Journée mondiale de lutte contre le SIDA.

La Côte d’Ivoire qui s’est donnée pour ambition de concrétiser l’Objectif 90-90-90 semble être sur la bonne voie. En ce qui concerne le premier 90 (90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique), la Côte d’Ivoire est crédité dont taux de réalisation de 76% selon Dr Abo Kouamé, directeur du programme national de lutte contre le SIDA. Pour le deuxième 90 (90 % de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable), la Côte d’Ivoire à un taux de prise en charge des malades autour de 50%. Au 30 juin 2017, 219.751 personnes vivant avec le VIH bénéficient régulièrement d’un traitement anti-rétroviral (+33% par rapport à 2015). Pour le dernier 90 (90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale (CV) durablement supprimée), la Côte d’Ivoire ne pourra avoir des données fiables qu’en revisitant toute sa politique de laboratoire et de bilan biologique. Cela implique que les personnes sous traitement soient encouragées à respecter les prises médicamenteuses d’ARV aux doses et moments indiqués. Elles devront aussi se protéger pour éviter d’être un réservoir de contamination dans leur entourage.

La Côte d’Ivoire semble avoir fait des efforts considérables depuis 2015 en vue d’atteindre l’Objectif 90-90-90 à l’horizon 2020. Entre 2012 et 2016, la prévalence du VIH en Côte d’Ivoire a chuté de 3,7 % à 2,7% selon les estimations de l’ONUSIDA. Le pays n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. L’enveloppe dédiée à la lutte contre le SIDA passera à 21 milliards de f CFA (soit 38 millions de dollars) sur la période 2018-2020. L’ambition affichée par l’Etat Ivoirien étant « d’infléchir la prévalence à 1% d’ici 2020 » a précisé le président Alassane Ouattara lors de la cérémonie d’ouverture Conférence Internationale sur le Sida et les Infections Sexuellement Transmissibles en Afrique (ICASA 2017).

SUY Kahofi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.