L'actualité ivoirienne sans coloration politique

WCF lance un projet de conservation du complexe forestier transfrontalier Taï-Grebo-Krahn-Sapo

0

Avec le soutien du gouvernement américain (USAID), la Fondation pour les chimpanzés sauvages (WCF) a lancé le 28 novembre 2017 un projet en vue de la conservation et la gestion durable complexe transfrontalier Taï-Grebo-Krahn-Sapo, situé entre la Côte d’Ivoire et le Liberia.

Tout comme l’urgence climatique, la conservation de la biodiversité revêt un enjeu capital. Pour relever ce défi, la Fondation pour les chimpanzés sauvages (WCF) a initié le projet de ‘Renforcement de la gestion multipartite du paysage forestier transfrontalier de Taï-Grebo-Krahn-Sapo (TGKS)’, dont le lancement officiel a eu lieu le 28 novembre 2017 à Abidjan en présence du directeur de cabinet du ministre des Eaux et Forêts.

Ce projet est financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) à travers le programme WA BiCC (West African Biodiversity and Climate Change). Il a pour objectif de promouvoir une gestion participative, inclusive et durable du complexe transfrontalier Taï-Grebo-Krahn-Sapo, le plus grand bloc forestier en Afrique de l’ouest situé entre la Côte d’Ivoire et le Liberia, en vue d’améliorer la conservation de la biodiversité. D’autant plus que les espèces animales et végétales de ce massif transfrontalier sont menacées.

« Le complexe forestier de Taï-Grebo-Krhan-Sapo, situé à la frontière entre ces deux pays, est un véritable réservoir de biodiversité. Malgré son importance et sa taille, il reste cependant menacé par la déforestation, la dégradation de l’habitat et le braconnage », a fait valoir Dr Emmanuelle Normand, directrice pour l’Afrique de l’ouest de la WCF, organisation qui totalise 17 années d’expertise dans la mise en œuvre de projets de conservation des espèces et de leurs habitats.

Le Complexe Taï-Grebo-Krahn-Sapo, réservoir régional de biodiversité, est situé entre la Côte d’Ivoire et le Liberia, deux pays frontaliers dont les taux de déforestation demeurent les plus élevés en Afrique de l’Ouest. A titre d’exemple, entre 2001 et 2016, la Côte d’Ivoire et le Liberia ont perdu respectivement 2 101 386 hectares et 1 118 239 hectares de forêt selon Global Forest Watch. La Fondation pour les chimpanzés sauvages renforcera également les capacités des ONG locales et les structures gouvernementales impliquées dans la protection de ce complexe forestier.

Cet atelier a permis aux structures partenaires de la WCF, dont la Société de développement des forêts (SODEFOR), l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR), les centres de recherche et les universités, et les communautés riveraines de ces aires protégées d’être informés sur les objectifs du projet, les résultats attendus et le planning des activités prévues. Le projet de ‘Renforcement de la gestion multipartite du paysage forestier transfrontalier de Taï-Grebo-Krahn-Sapo (TGKS)’ a démarré le 1er octobre 2017 et s’achèvera le 31 janvier 2020.

Anderson Diédri

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.