free page hit counter
L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Côte d’Ivoire : L’actualité internationale, catalyseur de la haine sur Facebook

0

La semaine du 16 au 22 septembre 2021, ce sont 174 discours de haine qui ont été collectés 184 pages, profils et groupes Facebook. Une hausse de 74% du nombre des propos haineux sur la toile ivoirienne alors que l’échantillon d’observation est quasiment inchangé. Sur la même période, les discussions ont été fortement marquées par l’actualité internationale.

La crise en Guinée (ingérence de la CEDEAO, appel à manifestations pour la libération de l’ex-président), les déboires d’une animatrice ivoirienne au Gabon, l’anniversaire du 19 septembre 2002, l’état des stades de football en Côte d’Ivoire et l’accusation de duplicité portée contre Charles Blé Goudé vis-à-vis de Laurent Gbagbo ont été les sujets les plus discutés dans les espaces Facebook observés. Et l’actualité internationale à elle seule concentre 90% des discours de haine relevés cette semaine par l’Observatoire d’Internews Côte d’Ivoire. La politique nationale et le sport représentent respectivement 7% et 3% du total.

Pour ce qui est des espaces d’expression de la haine en ligne, les pages Facebook se taillent la part du lion cette semaine encore (97%) quand les groupes sont presque absents (3%). Une hiérarchie qui semble installée dans le temps, contrairement à l’évolution des tendances des discours de haine en ligne.

Du 16 au 22 septembre 2021, au total six (6) catégories de propos haineux sont en hausse. Il s’agit des injures/diffamations, menaces, propos sexistes/injures sexuelles, les justifications de la violence/apologies de la haine, les animalisations et les attaques contre des communautés. Deux (2) autres catégories (vœux macabres et incitation à la haine/à la révolte) sont quant à elles en baisse. Les propos xénophobes/injures identitaires et la délation, les deux (2) catégories restantes sont, elles, restées stables.

L’observation des discours de haine en ligne est une activité du Programme Transition et Inclusion Politiques (PTI), financé par USAID et mis en œuvre par le National Democratic Institute (NDI), Internews et une coalition d’organisations de la société civile ivoirienne.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

sept + 14 =