free page hit counter
L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Discours de haine en ligne : La politique, encore et toujours…

0

La politique, principal sujet à alimenter les discours de haine sur la toile ivoirienne. C’est le constat fait par les observateurs d’Internews Côte d’Ivoire du 9 au 15 septembre 2021. Une réalité plus que jamais affirmée.

Pour toute la période d’observation, sur l’échantillon de 182 pages, profils et groupes Facebook, la grande majorité (70%) des discussions à l’origine des discours de haine s’est rapportée à des sujets politiques (commentaire d’un journaliste sur la différence entre coup d’Etat militaire et constitutionnel, live Facebook d’un cyberactiviste sur l’éventuelle candidature du Président Ouattara en 2025, programme de société de l’opposant Pascal Affi N’Guessan, passage télévisé de l’ex-député Alain Lobognon, projet de création d’un nouveau parti politique par Gbagbo).

Les 30% restants se répartissent entre l’actualité internationale (elle aussi politique, avec le coup d’Etat en Guinée et l’avis d’un artiste chanteur Tiken Djah sur le sort d’Alpha Condé), la sécurité (crash d’un avion MI 24 de l’armée ivoirienne) et l’actualité people (l’agression d’une chanteuse ivoirienne à Paris).

L’observatoire d’Internews Côte d’Ivoire révèle aussi que sur cette deuxième semaine de septembre 2021, les pages restent les lieux privilégiés d’expression de la haine en ligne (57%). Elles sont suivies des groupes (27%) et des profils qui sont de plus en plus présents (16%).

Sur ces espaces, au total 100 propos, vidéos, images et emojis haineux ont été collectés. Des chiffres en baisse de -9% par rapport à la semaine précédente. Une tendance suivie par trois catégories à savoir les propos sexistes/injures sexuelles, les animalisations et les délations.

Trois autres typologies sont quant à elles en hausse. Il s’agit des injures/diffamations, vœux/souhaits macabres, incitations au meurtre/à la révolte. Les menaces, propos xénophobes/injures identitaires, la justification/apologie de la haine et les attaques contre les communautés ont pour leur part conservé leurs proportions.

L’observation des discours de haine est une activité du Programme Transition et Inclusion Politiques (PTI) financé par USAID et mis en œuvre par le National Democratic Institute (NDI), Internews et une coalition d’organisations de la société civile ivoirienne.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

7 − trois =