free page hit counter
L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Itinéraire d’une vidéo manipulée à l’origine des violences contre des nigériens à Abidjan

0

Des scènes de violence physique et d’actes de vandalisme ont été perpétrés contre des ressortissants nigériens à Abidjan le mercredi 19 mai. Ces actes ont été déclenchés par une fausse information liée à une vidéo sortie de son contexte et devenue virale sur les réseaux sociaux. Enquête !

La vidéo d’un peu plus de deux minutes montre des hommes ligotés et battus par d’autres hommes dont certains sont en tenue militaire et portent des armes. Ces hommes ligotés sont présentés dans plusieurs publications sur Facebook, comme des migrants ivoiriens passant par le Niger. Et, leurs bourreaux seraient des nigériens. Cela a suffit pour que des jeunes s’attaquent à des ressortissants nigériens dans plusieurs communes d’Abidjan notamment à Abobo, ce mercredi 19 mai 2021. Depuis, plusieurs public actions et ce témoignage d’un journaliste ivoirien basé à Niamey, la capitale nigérienne, ont permis d’établir qu’il s’agissait en effet d’une infox. Mais pour l’instant, on ignore d’où est parti la rumeur et où les faits se sont déroulés exactement.

De Youtube à Facebook en passant par Twitter et les groupes Whatsapp

Grâce à la technique de recherche d’image inversée, réalisée à partir d’une capture d’image de la vidéo, l’on peut affirmer que la vidéo existe sur internet depuis au moins le 17 mars 2021. C’était sur la plateforme de vidéo Youtube via cette publication. Celui qui a mis la vidéo en ligne, un certain Uthman Abdallah l’a accompagnée la vidéo avec ce titre : « Fulani Bandits Caught by Nigerian Soldiers in Niger State after Attempting to Kidnap Army Passengers » en français : « Des bandits peuls arrêtés par des soldats nigérians dans l’État du Niger après avoir tenté d’enlever des passagers de l’armée ».

Capture d’écran réalisée par Eburnie Today – 21 mai 2021

La vidéo est vue des milliers de fois. On la retrouve le 18 mars sur Twitter via ce tweet.

L’auteur du tweet se présente dans sa biographie Twitter comme « activiste et blogueur ». Comme on peut le voir sur la capture ci-dessous, il situe les faits dans l’Etat du Niger comme l’a fait celui qui a publié sur Youtube. Mais il parle non pas de « bandits peuls », mais d’éléments de Boko Haram, groupe terroriste qui sévit au Nigéria et dans d’autres pays frontaliers comme le Cameroun depuis maintenant plusieurs années. Situé à l’ouest du Nigéria, l’Etat du Niger évoqué dans ce tweet est l’un des 36 Etats de la République Fédérale du Nigéria. Rien avoir donc avec la République du Niger.

video niger

Un autre internaute nigérian a démenti cette version à travers ce tweet.

Il indique comme on peut le lire sur la capture suivante, que les faits ont eu lieu à Bassa, une localité dans l’Etat du Plateau au centre du Nigéria et non dans l’Etat du Niger comme l’affirme le tweet initial. Il ajoute que les hommes ligotés ont été arrêtés au cours d’une opération dénommée « Safe Haven » en mettant en évidence un panneau visible à la 53eme seconde de la vidéo.

Nous avons réalisé une capture (voir ci-dessus) afin de mieux mettre en évidence ce qui est marqué sur le panneau. Et on peut lire en anglais « SLOW DOWN CHECKPOINT AHEAD OPERATION SAFE HAVEN ». Le fait que l’inscription sur le panneau soit en anglais ne signifie pas qu’il est impossible que les faits aient eu lieu en République du Niger. Mais cela diminue fortement la probabilité. D’autant que l’« opération Safe Haven » mentionnée par l’internaute est la dénomination officielle d’une opération lancée par les autorités nigérianes dans l’Etat du Plateau, comme on peut le lire dans cet article du site spécialisé globalsecurity.org. Ou encore dans cette vidéo diffusée sur la chaine Youtube de l’armée nigériane dans laquelle l’on peut voir la pancarte ci-dessous.

Par ailleurs, on peut se rendre compte que les trois couleurs sur cette pancarte (marron, bleu nuit et bleu clair) sont les mêmes couleurs sur le panneau qu’on trouve dans la vidéo relayée sur Facebook. Tous ces éléments permettent d’affirmer que les événements dans cette vidéo ont eu lieu au Nigéria, dans l’Etat du Plateau au centre du Nigéria. Etat dont la capitale est la ville de JOS visible également sur la pancarte ci-dessus.

Une mauvaise traduction à l’origine de la confusion

A ce stade on peut se poser la question de savoir d’où est partie la rumeur qui a déclenchée les scènes de violence observées à Abidjan. Mais surtout, comment la vidéo est-elle arrivée dans la communauté francophone. Car, jusque-là, aucun indice dans cette vidéo ne la rapproche de la République du Niger si ce n’est justement le mot « Niger ». La confusion est-elle venue d’une mauvaise traduction française de ce tweet cité déjà au début de cet article.

Niger State n’est pas la République du Niger

La rumeur selon laquelle la vidéo montre des Ivoiriens, est partie de cette publication Facebook du compte Soumahoro Bouake.  Sur son profil, on peut lire qu’il est originaire d’Abidjan et habite South Houston dans l’Etat du Texas (Etats-Unis). Il a sans doute cru que « Niger State » dans le tweet voulait dire le « PAYS Niger » donc la République du Niger alors que cela fait référence à l’ETAT du Niger au Nigeria. Cette publication est la plus ancienne trace de la présence de la vidéo dans la communauté francophone que nous avons trouvé. Elle remonte au 11 mai 2021.

La publication n’atteint pas une grande audience. Seulement une dizaine de vues et 4 commentaires. Mais la mèche venait d’être allumée. La vidéo sera ainsi reprise entre le 11 et le 14 mai par plusieurs comptes sans pour autant atteindre une très grande audience comme on peut le voir dans les deux captures ci-dessous.

Effet multiplicateur

On peut cependant remarquer que ces premières personnes ont mentionné plusieurs autres comptes de leurs listes d’amis à chaque publication. La première grande audience a lieu le 15 mai avec cette publication faite par la page Protégeons les migrants, Pas les Frontières. Elle compte 50.000 abonnés. Via cette page, la vidéo totalise plus de 650 vues.

Capture d’écran Eburnie Today, 21 mai 2021

La vidéo a poursuivi son itinéraire à travers plusieurs autres comptes Facebook dans la communauté ivoirienne et dans les groupes Whatsapp. Des publications sans une énorme audience se multiplient et répandent la fausse information comme on peut le voir sur les captures ci-dessous. Elle est déjà virale le mercredi 19 mai lorsqu’éclate la traque des ressortissants nigérians dans plusieurs communes d’Abidjan.

Mosaïque de capture d’écran montrant la multiplication des publications pour répandre la fausse information – Eburnie Today, 21 mai 2021

Selon un communiqué du procureur de la République d’Abidjan publié le 20 mai, le bilan humain provisoire fait état malheureusement, d’un décès et de plusieurs blessés graves. Le bilan matériel s’il n’est pas encore chiffré, mentionne plusieurs « commerces pillés et incendiés, des véhicules caillassés et calcinés. » Il a annoncé l’interpellation d’une vingtaine de personne tout en indiquant que l’enquête se poursuit.

Traoré Bakary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

18 + un =