free page hit counter
L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Safari Rally : Sébastien Ogier gagne une place

0

Les six spéciales de ce samedi 26 juin ont permis au français de se relancer lors d’une journée qui s’est achevée par un changement brusque de la météo.

Samedi, deuxième jour du rallye après une journée du vendredi éreintante aussi bien pour les machines que les hommes. De nombreuses pannes ont été enregistrées tout au long des circuits ainsi que les premiers abandons. Une journée qui a ruiné les espoirs de la moitié des pilotes de haut niveau en raison des pistes difficiles caractérisées par la présence de gravier et de sable.

Thierry Neuville (Hyundai) en dépit de quelques problèmes mécaniques et deux roues crevées est arrivé en tête aux termes des sept premières étapes du Safari Rally Kenya. Le Belge a remporté trois des six épreuves de vitesse sur les rives du lac Naivasha. Le japonais Takamoto Katsuta (Toyota) le suit mais avec 18,8 secondes d’écart. L’étape la plus longue de ce week-end de rallye était donc prévue pour ce samedi avec des pistes situées autour du lac Elmenteita. 132,08 km reparties en six spéciales en raison de deux spéciales sur les sites d’Elmenteita (14,67 km) dans le domaine de Delamere, de Soysambu (20,33km) et du Sleeping Warrior (31,04km).

L’espagnol Dani Sordo sur Hyundai i20 a ouvert les départs dans la matinée sur le site d’Elmenteita. Trois spéciales matinales qui n’ont pas véritablement occasionnées un véritable chamboulement dans le classement. L’ordre est resté le même que vendredi en fin de course : Neuville (Hyundai), Katsuta (Toyota), Tänak (Hyundai) et Ogier (Toyota) en 4ème position. Cependant, Ott Tänak à 28,1 secondes du leader et en troisième position subit une forte pression d’un Sébastien Ogier résolue à refaire son retard. Dans cette dynamique, Ogier a remporté deux victoires consécutives : spéciale 9 et 10. Il a repris près de 15 secondes sur Tänak dans la matinée et compte désormais 37,6 secondes de retard sur le pilote de la Hyundai i20.

Un samedi plus relaxe


Contrairement au vendredi, les pilotes ont trouvé le circuit plus abordable et moins contraignant. « C’était bien. J’étais assez content de mes résultats. J’étais un peu inquiet pour celle-ci [SS 10] car il est difficile de voir les pierres, mais j’étais à l’aise » a souligne Sébastien Ogier avant la pause pour le service. Ott Tänak a surtout souffert de la présence de ‘pierres artificielles’ sur le parcours.

« Ça s’est bien passé. J’ai eu une course propre – beaucoup de pierres qui bougent, donc j’ai dû ralentir à quelques reprises. J’ai eu une étape propre et j’ai peut-être été un peu trop prudent sur la dernière partie » précise pour sa part Thierry Neuville. Journée relaxe n’est pas pour autant synonyme d’absence de difficultés. Les pistes demeurent imprévisibles avec de nombreuses pierres et de la poussière. « C’était vraiment difficile avec la poussière à l’intérieur de la voiture. Il était difficile de voir où était la route » explique Adrien Fournaux qui avait perdu la trappe de toit de sa Ford fiesta.

Tänak stagne : Ogier se relance
Le gravier et le sable omniprésents ont eu raison de nombreux véhicules (wrc)

Dans l’après-midi, les équipes se sont retrouvées pour les trois dernières spéciales de la journée. C’est encore l’espagnol Dani Sordo sur Hyundai i20 qui ouvre le bal sur le circuit d’Elmenteita pour la spéciale 11. Depuis le début de la matinée, les engins se sont montrés assez solides et les dernières spéciales vont tourner très vite à un véritable jeu d’accélération pour tenter de gagner quelques précieuses secondes notamment dans le top 3 du classement. La chance va sourire à Sébastien Ogier lors de la spéciale 13. Le français qui avait assuré le meilleur temps de la matinée va reconfigurer le classement du Safari Rally suite à une pause involontaire de Tänak.

Le pare-brise de la i20 de l’Estonien va s’embuer à mi-parcours, l’obligeant même à s’arrêter pour l’essuyer. Des précieuses secondes perdues qui vont permettre à Ogier de prendre la 3ème place au classement générale juste derrière son co-équipier Takamoto Katsuta de la team Toyota Gazoo. Il faut dire que le changement brusque de la météo avec la pluie qui dérangé de nombreux pilotes n’a fait qu’un seul heureux : Thierry Neuville. Le belge, gêné a deux reprises par des zèbres qui traversaient les pistes a finalement consolidé son avance. Il a désormais 57,4 secondes d’avance sur les autres équipes à seulement une journée de la fin de la course.

« C’était après la dernière étape de la journée.  Après une telle lutte pour garder la tête, nous ne pouvions pas la perdre à cause de la pluie. Nous avons poussé très fort et même si ce n’était pas facile, nous avons réussi à garder la voiture sur la route. C’était un soulagement d’être à la fin et de garder notre position ! » a twitté le belge en fin de course.

Suy Kahofi – Sleeping Warrior

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

cinq + vingt =