free page hit counter
L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Plaidoyer pour la fermeture de la centrale à charbon de Bargny au Sénégal

0

Alors que les négociations onusiennes sur le climat (COP26) se poursuivent à Glasgow, au Royaume-Uni, des membres de la communauté locale et des militants écologistes au Sénégal ont envoyé un appel au Président Macky Sall pour qu’il ferme officiellement la centrale au charbon de Bargny.

Dans une lettre ouverte déposée au bureau du Président à Dakar, les militants ont également appelé à des plans d’énergie renouvelable accélérés et ambitieux, qui transformeraient significativement et durablement la vie des citoyens et créeraient des milliers d’emplois.

« Les impacts climatiques observés sur le continent et à travers le monde montrent que nous sommes en train de perdre la course face à la crise climatique. Si nous voulons limiter, de manière significative, le changement climatique et éviter des impacts climatiques encore plus graves, nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre en abandonnant les combustibles fossiles. Nous lançons un appel au Président pour qu’il procède à la fermeture officielle de la centrale à charbon de Bargny et accélère les plans de transition vers des énergies renouvelables pour le bien du peuple, de notre environnement et de la planète. Le Gouvernement sénégalais doit honorer l’Accord de Paris et accélérer les plans d’énergies renouvelables pour le peuple et la planète, en investissant massivement dans les sources d’énergie renouvelables disponibles et abondantes au Sénégal » indique Christian Hounkannou de 350Africa.org.

La centrale à charbon de Bargny est une centrale électrique de 125 MW basée sur un partenariat public-privé visant à produire de l’électricité en utilisant du charbon en provenance d’Afrique du Sud comme combustible de base. Au cours des dix dernières années, les membres de la communauté se sont opposés à la construction de la centrale à charbon, affirmant qu’elle menace la vie des populations locales, ainsi que la biodiversité de Bargny et ses environs.

En décembre 2019, le gouvernement avait annoncé que la centrale sera transformée en une centrale à gaz. L’annonce n’a pas été à la hauteur des attentes des communautés locales et des militant·e·s qui affirment qu’une centrale à gaz est susceptible d’avoir les mêmes effets nocifs.

« La construction de la centrale à charbon de Bargny constitue une menace grave pour les populations et pour l’environnement. Les centrales à charbon sont liées à des violations des droits de l’homme, à la destruction de l’environnement, au déplacement des milliers de familles et affectent la santé des populations. Le projet de transformer la centrale à charbon en une centrale à gaz doit être stoppé, car le gaz n’est pas la solution à nos besoins en énergie. Le Gouvernement doit œuvrer en faveur d’une économie alimentée par des énergies renouvelables, qui protège et respecte les droits, les moyens de subsistance, l’environnement et l’avenir de tous les Sénégalais » souligne Daouda Gueye de RAPEN (réseau d’associations pour la protection de l’environnement et de la nature).

Une conférence de presse en présence de plusieurs journalistes a suivi cette remise de lettre des organisations environnementales au bureau du Président à Dakar. Cette action s’inscrit dans une vague de mobilisations pour demander d’urgence une action climatique et des engagements concrets des parties prenant part à la vingt-sixième Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26).

Les membres de la communauté ont tiré la sonnette d’alarme au sujet du projet de centrale à charbon, en présentant les impacts catastrophiques sur le plan humain et écologique pour les communautés de Bargny, Sendou et Rufisque si le projet venait à se réaliser. Ils ont également exprimé leur opposition au projet du gouvernement de transformer la centrale à charbon de Bargny en une centrale à gaz, en invoquant des défis similaires à ceux posés par la centrale à charbon. La lettre a été transmise au Cabinet du Président à Dakar, Sénégal.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × 2 =