L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Yolande Bakayoko est-elle porteuse du variant anglais de la covid-19 ?

0

Dans le sillage du décès du Premier Ministre et Ministre de la Défense de Côte d’Ivoire (Hamed Bakayoko), un document présenté comme un test positif de la Covid-19 et attribué à sa veuve (Yolande Bakayoko) a circulé sur internet. S’il est difficile de connaitre l’état de santé réel de Madame Bakayoko, le document qui a circulé par contre peut être clairement identifié comme étant un faux.

De quoi est mort Hamed Bakayoko ? Officiellement d’un cancer bien que la thèse de son empoisonnement soit largement relayée et commentée par de nombreux ivoiriens. Mais la polémique ne touche pas seulement le défunt homme d’Etat ivoirien. Sa veuve n’échappe pas à la vague de désinformation autour de la tragédie qui frappe la Côte d’Ivoire entière. Un document présenté comme un test positif de la Covid-19 et attribué à Yolande Bakayoko a circulé sur internet.

Ce document est-il authentique ? NON ! Et plusieurs éléments le montrent. Le premier est la présentation générale du document, son aspect au plan administratif. Le document utilise des Armoiries de la Côte d’Ivoire qui ne respectent pas le canevas définit par la loi. Le décret n° 64-237 du 26 juin 1964 modifiant le décret n° 60-78 du 8 février 1960 portant création des armoiries de la République de Côte d’Ivoire définit en son article 2 les armoiries de la Côte d’Ivoire. « Blason de sinople à la tête d’éléphant, l’écu surmonté d’un soleil issant éclipsé d’or rayonnant de neuf pièces or. À dextre et à senestre deux arbres or et l’inscription argent ‘République de Côte d’Ivoire’ sur listel or ».

Ce décret précise donc que les armoiries de Côte d’Ivoire sont composées de six éléments : l’éléphant, le soleil levant doré, les deux palmiers dorés, le blason de couleur verte (sinople) (à la création des armoiries le 8 février 1960, le blason était azur), le listel doré et l’inscription argentée « République de Côte d’Ivoire ». Le document présenté comme étant un test positif de Covid-19 de Yolande Bakayoko ne respecte en rien cette disposition administrative. L’aspect du document officiel du résultat d’un test de Covid-19 en Côte d’Ivoire a une présentation administrative bien différente.

L’intitulé du document officiel est « Attestation d’analyse » et non « Test diagnostique du SARS CoV-2 ». Autre élément à souligner, cette fois ci relatif à l’institution en charge de réaliser le test de Covid-19. Il s’agit de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire et non d’une direction rattachée au ministère de la santé. Les résultats des tests ne portent pas un cachet classique comme un courrier officiel mais plutôt un QR code. Ce QR code redirige l’autorité en charge du contrôle du test vers une plateforme pour en vérifier son authenticité. Au-delà, chaque test de Covid-19 en Côte d’Ivoire est signé par le Professeur Mireille DOSSO, directeur de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire. Le faux document est quant à lui signé par Professeur OLLAI Soumahoro.

Pour être définitivement situé sur l’authenticité du document, la rédaction a pu joindre l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire. Notre interlocuteur nous indique que les résultats des tests de Covid-19 sont confidentiels. « Seule la personne testée peut rendre public son résultat et non le ministère de la santé encore moins l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire » précise-t-il. En ce qui concerne le document qui a circulé sur internet, notre interlocuteur précise que l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire a bien eu connaissance du « faux test qui circule mais je peux vous confirmer qu’il ne vient pas de chez nous ».

Le document indiquant que Yolande Bakayoko est porteuse du variant anglais de la covid-19 est simplement faux.

Anderson Diédri avec le soutien de l’OIF, Mécanisme de lutte contre l’infox

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

15 + 15 =